Loisirs,  Manger et boire,  Vacances

Vacances à Neuchâtel

Cette fois encore, c’est ma femme qui a proposé la destination de nos courtes vacances de printemps. Neuchâtel, c’est à seulement 140 kilomètres de notre domicile, mais ça dépayse et on peut y faire pas mal de choses.

Notre première destination est Murten (ou Morat en français). C’est une ville bilingue avec de jolies fortifications. Le parking est plutôt vide en cette saison. Nous commençons la visite en cherchant un take-away, restrictions COVID obligent. Le temps est plutôt frais, 8 degrés, ensoleillé, mais venteux, comme on peut le voir sur la photo du lac.

Les fortifications sont encore en très bon état et peuvent être visitées. Ma femme a le sourire!

Les commerces dits non-essentiels sont ouverts, ce qui rend la visite plus agréable. Après avoir fait le tour des fortifications, nous nous dirigeons vers Neuchâtel en essayant d’éviter de prendre la voie rapide.

Notre hôtel se situe près de la gare, située en hauteur du lac de Neuchâtel, le plus grand lac entièrement en Suisse. Précision importante: c’est un hôtel-restaurant. Les clients ont la possibilité d’être servis en salle le soir. On lit que certains visiteurs réservent une nuit à l’hôtel pour le plaisir d’aller au resto pendant cette période de semi-confinement. Nous avons réservé une chambre avec vue sur le lac. Comme il est presque 15h, nous pouvons déposer nos affaires et apprécier la vue.

Pas de stress pour ce premier jour. Nous décidons de faire un tour au lac, puis au centre-ville. J’y déniche un magasin vendant d’excellentes terrines de viande et de poisson, ce qui est difficile à trouver en Suisse alémanique. Ces souvenirs culinaires nous accompagneront pendant de nombreux mois.

Voici enfin le soir, avec le point culminant: notre premier repas au restaurant depuis presque six mois!

Je prends du vin neuchatelois au verre, ainsi qu’un steak tartare, accompagné de toasts de pain sans gluten. Un luxe!

Le soleil se couche pendant que le diner se termine. Vu les circonstances, nous avons presque l’impression de faire quelque chose d’interdit. En France, les restaurants sont à ce moment fermés et une affaire de diners clandestins est passée aux nouvelles télévisuelles.

Nous regagnons notre chambre en appréciant la vue nocturne sur la ville et le lac.

Réveil à une heure raisonnable pour prendre le petit déjeuner conforme aux “normes COVID”, c’est à dire complètement emballé… Nous découvrons un peu tard qu’il était possible d’avoir du saumon fumé et de la charcuterie, mais ce sera pour le lendemain.

L’hôtel donne un carnet d’activités à ses clients avec des entrées gratuites ainsi qu’un Pass pour les transports en commun. Etonnant de voir le nombre et la diversité d’activités dans la région de Neuchâtel. On pourrait s’occuper toute une semaine!

Nous nous décidons pour visiter le musée d’ethnographie. Descente en funiculaire vers le lac, puis petit tour en bus. Le musée a une exposition temporaire sur les voyages, l’impact de la Suisse dans la colonisation de l’Afrique (si, si!) et… les masques…! Voici des masques du Lötschental, en Suisse.

La visite prend presque deux heures. On peut s’asseoir dans des imitations de cabine d’avion, sur des transats, dans des salles où des images défilent.

Après un repas à un take-away asiatique, nous profitons du balcon de l’hôtel avant de nous diriger vers le jardin botanique de Neuchâtel. Peu de plantes en fleurs en cette saison à mi-avril, mais la visite est agréable.

Nouveau repas du soir au restaurant de l’hôtel.

Le lendemain, nous retournons à notre domicile, après une visite prévue au Laténium, le plus grand musée archéologique de Suisse, situé dans un faubourg de Neuchâtel. Le musée attire davantage de visiteurs que le musée ethnographique, bien que le sujet soit un peu “poussièreux”.

À la sortie du musée se trouve un automate où on peut acheter du poisson du lac de Neuchâtel, de la bondelle, une sorte de truite de lac.

Le prochain objectif de visite est la presqu’île Saint-Pierre, où Jean-Jacques Rousseau a séjourné. Après être arrivés à un camping, nous nous rendons compte qu’il faudrait marcher une heure pour y arriver. Le temps est froid et venteux, avec une température ressentie de 6 degrés. Take-away au camping au bord du lac de Bienne. Court passage au centre-ville de Bienne puis retour à la maison.

Beaucoup de chance dans la malchance.

Leave a Reply

%d bloggers like this: