Blog·Développement personnel·Maison·Schizophrénie

Bye bye les symptômes négatifs

Je suis content ce matin, parce que je pense avoir définitivement trouvé la clé pour surmonter les symptômes négatifs de ma schizophrénie. Il est neuf heures du matin, j’ai déjà passé l’aspirateur et la serpillière et ceci avec entrain, alors qu’il y a un an je souffrais de procrastination, en restant des heures au lit à ne rien faire.

Seau aspirateur

Ma situation une année en arrière: 

  • faire le ménage le lundi matin était une épreuve, je restais d’abord longtemps au lit à ne rien faire
  • ramasser 10 feuilles mortes par jour dans notre cour était un objectif difficile, fixé par ma gentille épouse
  • aller à la musculation était comme gravir une montagne, j’ai plusieurs fois renoncé à y aller
  • entasser mes vêtements sur des porte-habits en étant incapable de les ranger

Moins souvent, mais embêtant quand même:

  • changer les pneus été – hiver au garage était une épreuve difficile
  • chercher et ramener la décoration de Noël à la cave était à la limite du possible
  • prendre une douche était perçu comme une agression

Pour mes amis irl, la liste des symptômes négatifs de la schizophrénie se trouve sur Wikipedia. Pour faire court, les symptômes négatifs se caractérisent par de grandes difficultés à faire les tâches quotidiennes. On pourrait remarquer que ça touche n’importe qui, pas seulement les schizos. La différence est une sorte de paralysie du cerveau chez moi, contrairement à une simple flemme chez la plupart des personnes.

Ma situation maintenant:

  • je fais les choses dès lors que la pensée de devoir les faire me traverse la tête, sans les repousser
  • je vide le compost et je ramasse les feuilles dès que possible, après qu’elles soient tombées
  • je prends à nouveau plaisir à avoir une maison propre et bien rangée
  • je me suis rendu au garage avec plaisir et sans problème

Pourquoi je pense y être arrivé:

  • je me suis battu pour maintenir une routine, même en l’absence d’envie
  • j’ai saisi toutes les opportunités d’activités supplémentaires intéressantes (webinars, …)
  • j’ai été ouvert pour me faire davantages d’amis, irl ou virtuels
  • j’ai passé du temps sur des Social Media (Facebook, Instagram, forum)

Je pense que de repousser est une stratégie mentale afin de faire face au vide sidéral de l’inactivité d’un schizophrène, étant donné des difficultés à s’occuper en se concentrant sur quelque chose. En laissant s’amonceler les choses, on se trouve une justification au temps qui passe et à la vie en général.

En réalité, cette stratégie est une erreur. Elle contient malheureusement de puissants mécanismes auto-renforcateurs. Rester au lit pendant des heures à ne rien faire crée un sentiment agréable de cocon, ce qui renforce d’autant ce comportement. Se fixer une limite au séjour diurne au lit par un réveil-matin ne sert pas à grand-chose.

Faire les choses au moment où on y pense libère de l’espace psychique, donc du temps pour d’autres activités. Se dynamiser grâce aux contacts avec des gens normaux permet d’accumuler un peu d’énergie pour sortir de sa torpeur.

Il faut se représenter un tigre convalescent. Au début, il se contente de ce qui lui reste après la période de maladie, mais petit à petit, il pourra essayer de regagner du territoire. L’appropriation progressive de cet espace mental est la clé pour se libérer des symptômes négatifs.

Tigre

 

Développement personnel·Maison

Corona virus

J’écris cet article une semaine après le début du confinement, moins strict en Suisse qu’en France. En théorie, on pourrait faire une marche à la montagne, mais les Suisses respectent la recommendation de rester chez soi.

Globalement, je me porte plutôt bien. La raison essentielle est curieusement le choc boursier, avec une baisse de 34% à ce jour en un peu plus d’un mois. Les pertes sont colossales… Cela me rappelle le stress de la période où je faisais du trading d’options en amateur voici vingt ans et où j’ai failli finir endetté…

Cette fois-ci, je n’ai pas grand-chose à me reprocher. Notre portefeuille est fait d’actions solides, bien diversifiées. La baisse est pratiquement identique à celle de l’ensemble du marché. On peut donc faire le dos rond en attendant des jours meilleurs.

Le stress m’a envahi au point que je me suis réveillé plusieurs fois la nuit vers trois heures pour voir ce que faisait le Nikkei, également en baisse évidemment. Ma femme a remarqué mon agitation. J’ai dû lui faire part de mes soucis, sans mentionner de chiffres, en précisant que notre fils, héritier en puissance, était au courant de tous les détails.

Autre raison de sortir de ma relative torpeur: l’avalanche de nouvelles dans les médias sur le Corona virus. Il se passe tout le temps quelque chose. On relativise en voyant ce qui se passe ailleurs. Les réseaux sociaux abondent de photos et vidéos souvent marrantes.

Pangolin

Eh oui, un Chinois a peut-être attrapé le Corona virus en mangeant du pangolin…

Chien

Eh oui, en France, on peut encore sortir son toutou, mais avec un formulaire.

Intéressant de voir comment les « normopathes » s’occupent chez soi, avec des vidéos de fitness, en faisant du rangement ou du nettoyage de printemps.

Au lieu de sortir boire une bière au troquet du coin, je vais au supermarché pour faire quelques courses. Les gens sont un peu cons… ils stockent du papier toilette à mort, au point qu’il n’est plus disponible dans les rayons. Pandémie oblige, il faut respecter un nombre maximum de clients par mètre carré dans le magasin.

Toilettenpapier

J’apprécie de pouvoir sortir librement, sans formulaire, autant de fois que je veux dans la journée.

Ma femme a une peu bleue d’attraper le Corona virus. Elle fait partie des personnes à risque, étant donné qu’elle a eu le cancer du sein il y a deux ans. Depuis hier, elle rince même les emballages plastiques que je ramène de la Migros.

Isabelle

C’est vrai qu’elle me manquerait…! Elle est même encore plus gentille qu’avant, consciente que le Corona virus met les couples à l’épreuve avec le confinement.

Concernant ses cours scolaires, on est en train de se familiariser avec Loom, un outil de réalisation et de partage de vidéos. Pas mal de bugs, assez amateur. Je suis tenté de laisser tomber…

Notre chatte, Souris, est bien contente de nous avoir toute la journée à la maison.

imag0006

Le tennis, mon activité de socialisation essentielle, est en berne. Pas de tennis, pas de visite d’amis, pas de bière après le tennis… Mon prof de tennis à Schinznach Bad perd pas mal d’argent avec l’annulation de ses voyages de groupe, au point qu’il doive demander une aide financière à son père.

imag0023

Mon cours de piano aura lieu via Skype… Curieux de voir ça…

Attention de ne pas prendre du poids pendant le confinement. Ce week-end, j’ai pris des apéros maison et blam, prise de poids. Discipline à tenir!

Voili voilou… Je continue cet article après quelques semaines de confinement.

On recommande aux personnes en confinement de faire ce qu’elles n’ont pas le temps de faire le reste du temps. Dans notre cas, il s’agit de ranger la maison de fond en comble.

Ces dernières années, j’avais de plus en plus de mal à m’occuper des tâches ménagères avec une fâcheuse tendance à rester au lit pendant des heures à ne rien faire. Le coup de fouet de la bourse continue à me donner de l’énergie, sans que ça devienne dangereux pour ma santé.

Juste avant l’annonce officielle du confinement, j’étais chez Ikea pour acheter des meubles de rangement pour notre cave. C’était le début de la campagne de nettoyage et de rangement. Ma femme s’ennuie un peu, étant donné que les cours n’ont pas lieu.
À deux on peut prendre les décisions de jeter quelques objets.

Toujours pas de tennis en vue. Le programme de remplacement est la marche dans la nature, ou bien tous les deux jours un petit jogging-marche d’environ 7 kilomètres. Depuis notre domicile, plusieurs circuits sont possibles. Voici celui de la Reuss.

imag0008

Règles de confinement oblige, on s’écarte de deux mètres lorsqu’on croise quelqu’un.

Pour remplacer les pots avec mes amis après le tennis, je me rends à Migrolino, un petit magasin Migros situé au centre de Bremgarten, où on peut boire un cappuccino. Ce n’est pas terrible, il est assez froid, mais la caissière est très sympa. C’est bien d’avoir une routine.

imag0025

Il faut boire le café dehors, mais avec le beau temps, pas de problème. Le désinfectant n’est pas loin…

La chorale me manque un peu. On a un programme de remplacement avec des cours Youtube et des enregistrements de notre dirigeant, mais j’avoue que j’ai du mal à m’y faire. Je n’aime pas chanter à la maison lorsque ma femme est là. Chanter tout seul n’est pas très motivant…

Le cours de piano par Whatsapp était assez stressant. La qualité de la connexion était plutôt mauvaise vu que le piano est à la cave. Mais ça assure une certaine continuité.
J’ai assez de partitions pour m’entraîner pendant les prochaines semaines.

J’ai un nouveau hobby, inspiré par un de mes voisins, un ancien champion de ski. Il s’agit d’un entraînement de mémoire quotidien organisé par un coach allemand spécialisé dans ce domaine. C’est très vivant et ça m’active. Pas sûr si c’est vraiment applicable pour améliorer mon niveau en italien, mais c’est très divertissant.

Hofmann

Ce samedi a eu lieu un cours de répétition de plus de trois heures durant lequel Markus Hofmann a décrit la situation des personnes qui ne quittent jamais leur zone de confort. La spirale dessinée en noir entraîne un rétrécissement de la vie. C’est ce que j’ai vécu durant les dernières années, sans pouvoir combattre cette tendance.

Autre hobby, la lecture. Non pas que je sois un fan des livres, mais j’ai eu la chance d’avoir des recommendations de livres, que j’achète maintenant sur Internet pour les installer sur ma liseuse, plutôt que de choisir des livres au hasard à la bibliothèque. Actuellement je lis un livre très intéressant sur l’histoire de l’humanité.

Ma femme prépare la rentrée scolaire après les vacances de printemps. L’école a  annoncé que les cours auraient lieu par ordinateur. Actuellement, nous avons trois outils à notre disposition: Loom pour enregistrer des cours, Showbie pour distribuer le travail aux élèves et les assister (cet outil est utilisé au Groenland), ainsi que switch.ch, un outil de conférence utilisé par les universités. C’est assez motivant pour moi d’apprendre à faire fonctionner ces outils.

Le bénévolat me manque évidemment. Pas d’atelier de candidatures, ni de cours de soutien aux femmes tamoules. Mais le fait d’être capable de s’occuper intelligemment pendant quelques semaines est très positif.

Je plains les Français, obligés de respecter un confinement très strict. Comparativement, on a la belle vie en Suisse.

Le forum pour schizophrènes est très utile en ce moment pour rester socialisé.
Je contribue plus que d’habitude, en postant des choses positives, comme à l’instant les bonnes nouvelles d’Autriche, où les magasins seront bientôt réouverts. Et ça relativise de  voir la situation beaucoup plus difficile des autres membres du forum.

Peut-être que la raison essentielle pour laquelle je vais si bien en ce moment est le fait que je n’aie rien à prouver. Pas de tennis, donc pas de frustration de ne pas bien jouer. Pas de fitness, donc pas de difficultés à (ne pas) y aller. Pas de bénévolat, donc pas de situation avec des gens en difficulté.

Maison·Manger et boire

La fête de la mirabelle

Le week-end dernier j’étais en Alsace pour rendre visite à ma famille. Mon père a bientôt 90 ans, ma mère a récemment eu 87 ans. Mon père va bien, mis à part son problème de surdité qui le handicape lors des discussions. Ma mère est étonnamment positive et volontaire. Elle fait encore un menu complet en cuisine.

Mon voyage se fait en train, bien que j’aie récupéré mon permis. C’est plus écologique, plus sûr et de toutes façons, j’ai du temps pour faire l’aller-retour Zufikon-Strasbourg sur le week-end. Ma soeur vient me chercher à la gare.

Le samedi après-midi, mon frère vient prendre le dessert avec l’un de ses fils. D’habitude il reste manger le soir. L’autre fils ne vient plus depuis plusieurs années. La concubine de mon frère reste à distance, tout comme ma femme d’ailleurs.

Cela me fait plaisir d’aller voir ma famille. Ils sont aux petits soins concernant mon régime sans gluten. On a eu une interruption de la communication pendant plusieurs années à un moment, sur les conseils de mon psychiatre, mais ça a servi à les faire changer.

Voici une photo de ma mère en chemise de nuit en 2017 en train de m’aider à résoudre mes problèmes de télécoms en vue de vaincre les forces obscures de la mafia.

IMAG1866

Et voici mon père en 2017 avec une chemise à moi.

IMG_3525

Mon principal souci, c’est le risque de s’ennuier. Pendant le trajet, je m’occupe en écoutant de la musique. Je trouve que ça va bien avec le voyage en train. Eventuellement, je prends un livre. Une fois sur place, on est bien occupés avec la mangeaille. Apéro riche, entrée, plat de résistance et desserts, à la fois les tartes de ma mère et les gâteaux de ma soeur. Cette fois-ci tarte à la mirabelle le samedi et tarte à la mûre le dimanche, fruits maison, pâte sans gluten achetée parce que presque impossible à faire soi-même.

Le samedi après-midi on fait rapidement les courses avec ma soeur, fromage français, andouillette et quelques produits sans gluten. Parfois, maquillage et livres pour ma femme.

Le soir, nous sommes allés au restaurant où j’ai mangé des moules. Voici une photo de 2017 avec un plateau de fruits de mer.

IMAG1855

Le dimanche matin, j’ai eu droit à mon habituel petit déjeuner complet servi par ma mère. Ensuite, je suis allé me recoucher pendant une demi-heure avant de partir faire une promenade dans la forêt.

imag0270

Ces dernières années je suis allé à l’église le dimanche matin avec mon père, mais il n’y va plus étant donné qu’il a du mal à marcher maintenant.

Dimanche midi, de nouveau apéro riche et menu complet, mais alors vraiment complet, même la chantilly pour accompagner le café ne manque pas!

L’après-midi, ma soeur m’emmène habituellement voir des animaux domestiques dans un parc à Illkirch. Cette fois-ci nous sommes allés à la fête de la mirabelle à Dorlisheim. Sept chars décorés avec des fleurs et autant de fanfares ou autres groupes musicaux. Vente de mirabelles fraîches, de tarte aux mirabelles, de punch aux mirabelles.

imag0395

Retour à Illkirch pour le repas du soir avant de repartir à la gare de Strasbourg avec les courses.

 

 

Blog·Développement personnel·Engagement social·Loisirs·Maison·Musique et show·Schizophrénie·Scientologie·Travail

Club B & Club S

J’ai lu voici quelques années un excellent bouquin sur le partage de l’Univers entre deux mages.

L’un possède le Club B sur la Terre, c’est à dire la loyauté, l’ordre, la propreté, etc… L’autre manage le Club S, soit la luxure, le jeu, l’alcool, la droque, la maladie,  etc… L’univers est donc un jeu. Nous faisons partie de la matrice en étant leurs jouets.

Dans le livre, ils envoyent chacun un émissaire sur la Terre pour un duel. Si je me rappelle, les deux émissaires tombent amoureux l’un de l’autre. À la fin, tout le monde se retrouve autour d’une table dans le bureau du propriétaire du Club B.

Mais voilà, la réalité dépasse la fiction, comme on dit. L’évolution des espèces s’emballe sur la Terre.À mon avis, Club S fait attraper une psychose à un chimpanzé pour le faire évoluer, juste pour rire bien entendu. Mais l’animal développe des capacités intellectuelles insoupçonnées. L’évolution s’emballe. Le singe devient homme et colonise la terre à vitesse Grand V. Club B invente donc la religion pour essayer de dompter l’homme, ainsi que d’introduire les sciences (mathématiques, physique, etc..) pour guider l’homme vers le bon chemin. Club S introduit le sexe « permanent » (par rapport aux animaux, pour qui c’est sporadique), le jeu l’art et la musique pour occuper l’homme de façon intelligente.

C’est là que la schizophrénie du singe devient incontrolable. La pyramide des races avec l’homme comme super-prédateur devient davantage pointue. L’homme forge petit à petit une hiérarchie avec des top managers au sommet gagnant des dizaines de millions. Le même système extrêmement pyramidal existe dans le tennis ou le foot. Les problèmes commencent à s’intensifier lorsque le Club B récupère des méthodes du Club S et vice-versa. L’ordre est perturbé.

L’homme s’organise au point qu’un leader du Club B (oui d’abord B on me dicte, et pas S) émerge, regroupant tous les vices de la vertu. C’est Osama Bin Laden. Il est sans doute mort maintenant, mais il a dû organiser sa descendance pour le remplacer.

Dans l’autre camp, un autre leader émerge, récupérant la religion sous forme de Scientologie, ainsi que les sciences occultes pour arriver à ses fins.

Les propriétaires du Club B et du Club S organisent une réunion de crise et décident d’introduire la technologie sur la Terre pour éclairer l’homme en guise de nouvelle religion. C’est Adam Smith puis Joseph Smith (entre autres) qui sont chargés du boulot. La gestion des process doit remplacer la religion, dont la dérive inquiète fortement.

Pas de chance, les choses s’emballent encore davantage. Steve Jobs, un leader psychotique, invente l’iPhone, au système propriétaire, c’est à dire non Open Source et non partageable avec d’autres. Un ingénieur est normalement quelqu’un de généreux, prêt à partager son savoir avec d’autres, comme le font les fondateurs de Google. La durée de vie de la batterie est réduite à un jour… soit-disant pour des raisons de place… L

La vraie raison est une autre… l’iPhone utilisé comme outil de dictature avec plus de 50% de parts de marché dans certains pays peut devenir une fantastique machine à exclusion. Pas de mobile, pas d’accès.

La Terre est prête pour une dictature féroce, encore pire que ce qui a existé avec la Roumanie ou la Corée du Nord. Les robots deviennent les policiers du leader psychotique. Bientôt, ils partent dans l’Univers faire leur mission d’asservissement.

Club B et Club S paniquent… la situation semble perdue… leur beau jouet en train de devenir cassé… L’ennui est la plus terrible des sanctions, pire que la souffrance. La partie semble déjà perdue… Ils décident donc de former un individu regroupant les qualités des deux clubs et de lui faire suivre un entraînement digne des forces spéciales israeliennes.

En fait, comme aux échecs, ils ont anticipé cela depuis belle lurette. C’est pourquoi ils ont fait la Suisse, état politiquement neutre. L’individu en question ne naît pas de l’opération du Saint-Esprit mais de père inconnu, à priori avec du sang juif (voir unendliches Judentum sur Google). Il étudie dans une grande école d’ingénieurs française, où on apprend entre autres choses à être un haut fonctionnaire de la République, soit un gérant du territoire et des personnes. On le marie à une enseignante, douée pour responsabiliser les enfants. Club B et Club S sont d’accord, il faut « casser » cette personne pour lui faire comprendre le monde de ceux qui sont défavorisés.

L’individu (der Explorand, en jargon psychiatrique Suisse, ce qui peut faire penser à un explorateur) est donc périodiquement envoyé en clinique psychiatrique dû à une psychose cyclique. Il découvre le tennis pour stabiliser sa personnalité.

L’Explorand croit communiquer avec les Aliens le 14 november 2012, en filmant un vaisseau spatial (la planète bleue près du soleil) avec son mobile HTC. On croirait apercevoir l’aigle de l’US Air Force sous forme de nuage.

US Air Force in Action v2
Hello to the Aliens

La même chose en vidéo:

Et une vidéo d’exorcisme en prime pour ceux qui ont eu la patience de lire ce blog jusqu’à la fin. J’en ai encore une avec trois planètes (boules en marbre pour le Club S, le Club B, et une balle de tennis) .

L’Explorand est formé au xleadership lors de séminaires organisés par son entreprise, Colt Technology Service, une grosse boîte anglo–indienne-américaine de Télécom/IT. Il apprend les bases des méthodes process et s’intéresse plus particulièrement au Social BPM (Social Business Process Management) dont l’essence est d’éduquer les utilisateurs aux principes de construction informatique.

L’Explorand est fiché par la Scientologie dès son plus jeune âge, lors d’un voyage en Irlande en 1984, alors que les fichiers informatiques n’existaient pas encore. Il est repère comme une menace potentielle en raison de sa fermeté de principe. La Scientologie ne le lâche plus. D’ordinaire, il mêne une vie normale, avec femme, enfant, voiture, job, appartement, sport (volleyball) et tout ce qu’il faut pour être heureux. La Suisse lui convient bien pour vivre et travailler.

Lors des psychoses, la Scientologie tente de l’impressionner. L’Explorand commence à penser qu’il est l’arbitre entre la CIA et la Scientologie. Il est interné à plusieurs reprises contre son gré, parfois il passe deux mois d’affilée à l’hôpital psychiatrique.

Mais sur la Terre les choses se corsent… Donald Trump et Kim Jong-un commencent la troisième guerre mondiale. Pourtant, Kim Jong-un a reçu une éducation en Suisse dans un collège avec des élèves normaux. Cela montre la puissance de la tyrannie.

Les gestionnaires du Club B et du Club S décident d’abbatre toutes leurs cartes et d’arrêter de jouer… Club B entre en contact direct avec Bip (le nom de l’Explorand à l’école d’ingénieurs) et lui confesse son histoire, en lui confirmant le secret de l’Univers. On lui demande d’être efficace et rapide, la destruction et le chaos menacent l’Univers.

L’Explorand change. Au lieu de considérer la Scientologie comme un fléau et d’être aggressif envers toute intrusion, il commence à considérer ça comme un jeu. Il tend la main à la Scientologie en leur proposant de suivre des cours de xleadership. Il tend la main à la Mafia et leur expliquant que la prison est certes à court terme la seule solution légale, mais que c’est temporaire.

L’Explorand a vécu les affres des symptômes négatifs de la schizophrénie, le temps qui ne tourne pas, la nébulisation par les médicaments fortement dosés, le risque d’exclusion sociale par la stigmatisation mais aussi tout simplement la perte d’intérêt.

Voilà voilà, j’espère que cet article vous aura plu. La suite de l’histoire sur ce blog!

Maison

Entretien et réparations

Lorsqu’on est schizo tout semble une montagne et on repousse ce qu’on peut.

Actuellement je suis en période euphorique et j’ai de l’énergie pour les petites réparations en cours.

IMG_20170725_065438

Voici la photo du distributeur d’eau. Un voisin sympa nous a approvisionné en pièces pour les robinets en compensation pour notre place de parking qu’il occupe pour revendre sa BMW.

Comme nous avons « seulement » une voiture nous avons une place de parking en réserve. Le vendeur de la maison nous a recommandé de prendre deux places. C’est mieux au cas où nous voudrions revendre la maison. Le tout benef est que la place de gauche de notre parking n’est pas occupée en permanence. Tout confort pour se garer.

Revenons à nos distributeurs. Ce matin j’ai donc trouvé l’énergie pour remplacer le distributeur. Cela m’a pris moins de cinq minutes. Mais ça représente l’inertie de la schizophrénie étant donné que j’ai la pièce depuis plusieurs semaines…