Blog·Développement personnel·Engagement social·Loisirs·Maison·Musique et show·Schizophrénie·Scientologie·Travail

Club B & Club S

J’ai lu voici quelques années un excellent bouquin sur le partage de l’Univers entre deux mages.

L’un possède le Club B sur la Terre, c’est à dire la loyauté, l’ordre, la propreté, etc… L’autre manage le Club S, soit la luxure, le jeu, l’alcool, la droque, la maladie,  etc… L’univers est donc un jeu. Nous faisons partie de la matrice en étant leurs jouets.

Dans le livre, ils envoyent chacun un émissaire sur la Terre pour un duel. Si je me rappelle, les deux émissaires tombent amoureux l’un de l’autre. À la fin, tout le monde se retrouve autour d’une table dans le bureau du propriétaire du Club B.

Mais voilà, la réalité dépasse la fiction, comme on dit. L’évolution des espèces s’emballe sur la Terre.À mon avis, Club S fait attraper une psychose à un chimpanzé pour le faire évoluer, juste pour rire bien entendu. Mais l’animal développe des capacités intellectuelles insoupçonnées. L’évolution s’emballe. Le singe devient homme et colonise la terre à vitesse Grand V. Club B invente donc la religion pour essayer de dompter l’homme, ainsi que d’introduire les sciences (mathématiques, physique, etc..) pour guider l’homme vers le bon chemin. Club S introduit le sexe « permanent » (par rapport aux animaux, pour qui c’est sporadique), le jeu l’art et la musique pour occuper l’homme de façon intelligente.

C’est là que la schizophrénie du singe devient incontrolable. La pyramide des races avec l’homme comme super-prédateur devient davantage pointue. L’homme forge petit à petit une hiérarchie avec des top managers au sommet gagnant des dizaines de millions. Le même système extrêmement pyramidal existe dans le tennis ou le foot. Les problèmes commencent à s’intensifier lorsque le Club B récupère des méthodes du Club S et vice-versa. L’ordre est perturbé.

L’homme s’organise au point qu’un leader du Club B (oui d’abord B on me dicte, et pas S) émerge, regroupant tous les vices de la vertu. C’est Osama Bin Laden. Il est sans doute mort maintenant, mais il a dû organiser sa descendance pour le remplacer.

Dans l’autre camp, un autre leader émerge, récupérant la religion sous forme de Scientologie, ainsi que les sciences occultes pour arriver à ses fins.

Les propriétaires du Club B et du Club S organisent une réunion de crise et décident d’introduire la technologie sur la Terre pour éclairer l’homme en guise de nouvelle religion. C’est Adam Smith puis Joseph Smith (entre autres) qui sont chargés du boulot. La gestion des process doit remplacer la religion, dont la dérive inquiète fortement.

Pas de chance, les choses s’emballent encore davantage. Steve Jobs, un leader psychotique, invente l’iPhone, au système propriétaire, c’est à dire non Open Source et non partageable avec d’autres. Un ingénieur est normalement quelqu’un de généreux, prêt à partager son savoir avec d’autres, comme le font les fondateurs de Google. La durée de vie de la batterie est réduite à un jour… soit-disant pour des raisons de place… L

La vraie raison est une autre… l’iPhone utilisé comme outil de dictature avec plus de 50% de parts de marché dans certains pays peut devenir une fantastique machine à exclusion. Pas de mobile, pas d’accès.

La Terre est prête pour une dictature féroce, encore pire que ce qui a existé avec la Roumanie ou la Corée du Nord. Les robots deviennent les policiers du leader psychotique. Bientôt, ils partent dans l’Univers faire leur mission d’asservissement.

Club B et Club S paniquent… la situation semble perdue… leur beau jouet en train de devenir cassé… L’ennui est la plus terrible des sanctions, pire que la souffrance. La partie semble déjà perdue… Ils décident donc de former un individu regroupant les qualités des deux clubs et de lui faire suivre un entraînement digne des forces spéciales israeliennes.

En fait, comme aux échecs, ils ont anticipé cela depuis belle lurette. C’est pourquoi ils ont fait la Suisse, état politiquement neutre. L’individu en question ne naît pas de l’opération du Saint-Esprit mais de père inconnu, à priori avec du sang juif (voir unendliches Judentum sur Google). Il étudie dans une grande école d’ingénieurs française, où on apprend entre autres choses à être un haut fonctionnaire de la République, soit un gérant du territoire et des personnes. On le marie à une enseignante, douée pour responsabiliser les enfants. Club B et Club S sont d’accord, il faut « casser » cette personne pour lui faire comprendre le monde de ceux qui sont défavorisés.

L’individu (der Explorand, en jargon psychiatrique Suisse, ce qui peut faire penser à un explorateur) est donc périodiquement envoyé en clinique psychiatrique dû à une psychose cyclique. Il découvre le tennis pour stabiliser sa personnalité.

L’Explorand croit communiquer avec les Aliens le 14 november 2012, en filmant un vaisseau spatial (la planète bleue près du soleil) avec son mobile HTC. On croirait apercevoir l’aigle de l’US Air Force sous forme de nuage.

US Air Force in Action v2
Hello to the Aliens

La même chose en vidéo:

Et une vidéo d’exorcisme en prime pour ceux qui ont eu la patience de lire ce blog jusqu’à la fin. J’en ai encore une avec trois planètes (boules en marbre pour le Club S, le Club B, et une balle de tennis) .

L’Explorand est formé au xleadership lors de séminaires organisés par son entreprise, Colt Technology Service, une grosse boîte anglo–indienne-américaine de Télécom/IT. Il apprend les bases des méthodes process et s’intéresse plus particulièrement au Social BPM (Social Business Process Management) dont l’essence est d’éduquer les utilisateurs aux principes de construction informatique.

L’Explorand est fiché par la Scientologie dès son plus jeune âge, lors d’un voyage en Irlande en 1984, alors que les fichiers informatiques n’existaient pas encore. Il est repère comme une menace potentielle en raison de sa fermeté de principe. La Scientologie ne le lâche plus. D’ordinaire, il mêne une vie normale, avec femme, enfant, voiture, job, appartement, sport (volleyball) et tout ce qu’il faut pour être heureux. La Suisse lui convient bien pour vivre et travailler.

Lors des psychoses, la Scientologie tente de l’impressionner. L’Explorand commence à penser qu’il est l’arbitre entre la CIA et la Scientologie. Il est interné à plusieurs reprises contre son gré, parfois il passe deux mois d’affilée à l’hôpital psychiatrique.

Mais sur la Terre les choses se corsent… Donald Trump et Kim Jong-un commencent la troisième guerre mondiale. Pourtant, Kim Jong-un a reçu une éducation en Suisse dans un collège avec des élèves normaux. Cela montre la puissance de la tyrannie.

Les gestionnaires du Club B et du Club S décident d’abbatre toutes leurs cartes et d’arrêter de jouer… Club B entre en contact direct avec Bip (le nom de l’Explorand à l’école d’ingénieurs) et lui confesse son histoire, en lui confirmant le secret de l’Univers. On lui demande d’être efficace et rapide, la destruction et le chaos menacent l’Univers.

L’Explorand change. Au lieu de considérer la Scientologie comme un fléau et d’être aggressif envers toute intrusion, il commence à considérer ça comme un jeu. Il tend la main à la Scientologie en leur proposant de suivre des cours de xleadership. Il tend la main à la Mafia et leur expliquant que la prison est certes à court terme la seule solution légale, mais que c’est temporaire.

L’Explorand a vécu les affres des symptômes négatifs de la schizophrénie, le temps qui ne tourne pas, la nébulisation par les médicaments fortement dosés, le risque d’exclusion sociale par la stigmatisation mais aussi tout simplement la perte d’intérêt.

Voilà voilà, j’espère que cet article vous aura plu. La suite de l’histoire sur ce blog!

Publicités
Blog·Développement personnel·Loisirs·Schizophrénie

Leçon de tennis en touchant trois balles

Deuxième leçon de tennis aujourd’hui au TC Schinznach Bad avec Jarda.

IMAG1454

Mercredi dernier mon tennis était fantastique, comparé aux difficultés de coordination rencontrées durant les trois dernières années suite à mon hospitalisation forcée en clinique psychiatrique de deux mois en 2014 respectivement en 2015. Jarda estime que j’ai touché entre 1’000 et 1’500 balles en une heure.

Aujourd’hui par contre il semble que je subisse le contrecoup de la poussée maniaque des derniers jours ou alors de mon engagement à introduire iGrafx et comondoo! chez Ferrum. Après avoir (mal) touché trois balles j’ai arrêté de jouer et nous avons discuté de tennis durant tout le reste de l’heure.

Jarda Rossa est de nationalité tchèque. Facile à trouver sur Facebook, cette combinaison d’un prénom tchèque et d’un nom italien. L’origine de ce nom vient d’un juif polonais qui a émigré en France, de là en Italie où le nom a été « italianisè » puis nouvelle émigration vers la Pologne jusqu’à la deuxième guerre mondiale, où les Rossa se sont réfugiés en Tchéquie. Jarda a donc 1/8 de sang juif. J’ai lû une fois dans un de mes délires psychotique que le sang juif influençait les personnes, même s’il est « dilué ». Le père de Jarda a monté une entreprise en Tchéquie et en dix ans a atteint les 80 collaborateurs. Pas mal, par les temps économiques difficiles qui courent, non?

Voici quelques années je me suis entraîné régulièrement avec un juif 100% pur race, Dan, qui m’a dit que malgré mes capacités physiques plutôt réduites j’avais un bon instinct. C’est confirmé par Jarda, qui a remarqué que je n’avais pas de problème avec les variations de spin et de hauteur de balle alors que d’autres joueurs touchent bien les balles idéales mais on du mal avec les variations. C’est dans mon cas également dû à la variété de mes partenaires. Jana (c’est une femme d’origine tchèque) joue un tennis topspin (c’est du lift en français pur…), Patrice joue des balles hautes sur revers avec un effet de rebond monstrueux, Roberto joue slice en revers mais aussi en coup droit.

Jarda m’explique que certains de ces clients viennent durant la pause déjeuner pour prendre un cours de tennis, mais certains sont frustrés parce qu’ils n’arrivent pas à déconnecter du boulot. Donc l’heure de tennis renforce leur stress… Lorsque je travaillais chez Colt Technology Services je pouvais m’absenter à l’heure de midi pour jouer avec un de mes amis, Ollivier et mon tennis était habituellement très bon.

Le meilleur niveau de Jarda a été équivalent au classement suisse N3/N4. Son meilleur classement en république tchèque était le numéro 77. Le niveau en Tchéquie est légèrement supérieur à celui en Suisse. Numéro 77 national à 17 ans, pas mal…! L’année suivante, Jara a essayé de tout donner mais son classement n’a pas bougé. Il a donc été conséquent et a arrêté de rêver du haut niveau international (l’ATP, quoi).

Voilà voilà… quelques photos maintenant en récompense si vous êtes parvenus jusqu’ici.

126

C’est une photo de moi avec Ivan Ljubicic prise dans un petit mais fameux restaurant à Umag, en Croatie en 2010. Ivan est le coach de Roger Federer pour ceux d’entre vous qui ne suivraient pas… Donc je suis « one handshake away » de Roger. Mon objectif serait de discuter d’égal à égal avec lui dans le cadre de mon site Facebook la « Roger Federer Foundation Basel Indoors » où je mets en avant des contributions visant à améliorer la condition de vie des gens défavorisés.

Pour moi Ivan ne serait sans doute pas le bon coach. Mais il a été une inspiration au niveau du choix de ma raquette en 2007. Comme lui j’ai changé ma paire cette année là (en fait j’en avais même trois identiques) de raquettes Babolat contre des raquettes Head. Pourquoi, j’avoue avoir oublié, ce qui est assez inhabituel de ma part.

Ivan Ljubicic is a Croatian tennis player. His career-high ATP Entry ranking was World No. 3, and his current Entry list ranking is No. 5 (as of December 1, 2006). Tall and powerfully built, he is noted for his strong serve and has achieved his best results in indoor tournaments played on carpet or hardcourt. He uses a one-handed backhand and often plays from the baseline. Ivan will be using a Head Racquet in 2007, he has used Babolot since he turned pro. – Wikipedia

Jarda utilise les balles de l’Australian Open pour ses cours. En inversant la balle, on lit l’équivalent de ÖV, ce qui veut dire transport en commun en allemand.

IMAG1456.jpg

À Umag les balles étaient plus lourdes…

121

Voilà voilà, c’est tout pour aujourd’hui. On a discuté de tennis durant une heure mais c’est ce dont j’avais besoin aujourd’hui.

Ah oui, un point important…! Je me suis entraîné (le mot reste valable, même si je n’ai pratiquement rien fait physiquement…) avec le maillot de mon équipe de Bremgarten. J’ai dû quitter le club en raison de ma schizophrénie mais je compte y revenir.

En prime pour Jarda une photo de Thomas Berdych prise en 2008 à Wimbledon alors qu’il était en train de signer des autographes à la sortie du court. À mon avis il aviat perdu vu sa tête mais il a quand même pris le temps pour ses fans. Sympa, non…?

IMG_2254

 

 

Blog·Loisirs

Blog ami sur le Maroc

Voici un article d’un site Word Press intéressant trouvé par hasard lors de la mise en place de mon blog, ceci en suivant les instructions de Word Press, c’est à dire de choisir au hasard cinq sites pour apprendre à construire un blog.

Maroc le 14 août, en zone ayant une connexion Internet, 300° (Kelvin bon ça fait 26°C mais c’est moins marrant) Aujourd’hui, je vais vous raconter mon petit passage chez les Berbères, au creux des montagnes de Béni Mellal. J’ai de la famille dans le milieu alors ça aide un peu. Notez qu’ils ont un mode […]

via Maroc épisode 3 : A la découverte du peuple Berbère et des vertigineuses cascades d’Ouzoud ! — Le Journal Intime de Randa

Loisirs

Après-midi à Schinznach Bad

Les bains thermaux de Schinznach Bad se situent presque sur le chemin de retour de mon travail. Cet après-midi j’ai pu me libérer après une bonne matinée de travail et j’en ai profité pour aller au sauna.

Sur le chemin j’ai rencontré une dame âgée à la station de train de Rupperswil qui voulait faire la causette, chose plutôt inhabituelle en Suisse alémanique. Je lui ai montré mes connaissances fraichement acquises en prévision de temps/pluie par l’app MeteoSuisse.

Une fois arrivé à Schinznach j’ai pris mon temps pour admirer le green de golf ainsi que de faire un tour au tennis club de Schinznach. Chose curieuse, d’après Swisstennis je suis encore membre de ce club, étant donné que j’avais fait une demande voici quelques années. L’entrée est normalement réservée aux membres, mais vu le peu d’affluence à ce moment, ça n’a pas posé de problème de se faire admettre.

IMG_20170804_135416

IMG_20170804_135548.jpg

Une fois arrivé sur place, je m’étonne de rencontre un visage connu, celui d’un joueur de Bremgarten, le club de tennis dont j’étais membre depuis 14 ans, avant de devoir cesser d’être membre suite à mon invalidité causée par les dernières psychoses ainsi que les médicaments. Urs avait rendez-vous avec trois autres membres du club de Bremgarten pour leur programme annuel tennis + golf. Il est en effet possible de jouer en tant qu’amateur sur trois trous du terrain de golf, ceci sans conditions particulières.

Le club de Schinznach me plait bien. La gérante m’a orienté vers les profs de tennis tchèques, ce qui m’a branché étant donné le tarif de leçons particulières assez abordable pour la Suisse. Je prends donc une leçon mercredi prochain à 18h.

IMG_20170804_140307

En chemin vers les bains thermaux se trouvaient un chantier compromettant l’accès habituel. Un ouvrier allemand m’a conseillé de traverser la clinique privée. Surprise, au rez-de-chaussée se trouve une immense pièce bar, ainsi qu’une extension dehors. Surprise encore, un pianiste entretenait les clients. Surprise encore plus grande, ils applaudisssaient à la fin de chaque pièce.

IMG_20170804_152549.jpg

J’ai pris deux panachés en envoyant des messages Whatsapp à Jana, ma partenaire de tennis tchèque, qui a répondu de manière très prudente, étant donné que j’utilisais l’ancienne carte SIM de ma femme, donc avec un autre numéro. Clever girl!

Je suis finalement allé au sauna où j’ai fait deux cycles assez rapides pour pouvoir rentrer à une heure raisonnable à la maison. Pas de photos, c’est interdit dans ce sauna « naturiste ».

Retour à Zufikon en reprenant le train à Schinznach Bad, changement à Brugg et Dietikon.

IMG_20170804_181055.jpg

 

 

Loisirs

Visite au sauna

Le bain thermal et sauna de Schinznach Bad est presque sur le chemin de retour de mon travail, situé à 11 km de Ferrum et 21 km de chez moi.

IMG_20170724_192251.jpg

J’ai donc pris la voiture pour aller travailler en appréciant l’autonomie d’avoir de nouveau le droit de conduire.

J’ai bien suivi les instructions du sauna, 15 minutes de vapeur suivis de 15 minutes de douche/bain froids et de repos, ainsi que de trempette des pieds dans un bassin d’eau chaude avant la répétition du cycle.

J’ai surtout apprécié le bain froid à 21 degrés, ça me fait oublier les idées suicidaires avec bateau pneumatique et sac de cailloux sur le lac d’Hallwyl.

La sudation semble également faire du bien contre les symptomes négatifs.

J’ai fini la scéance en mangeant une petite salade avec vue sur le bassin.

Bonne journée de réappropriation de facultés.

Loisirs

Le retour du vélo

Pas beaucoup de travail ce matin, j’ai donc pu rentrer pour profiter de mon après-midi.

reuss

Le temps était idéal pour une sortie à vélo, chose que j’avais faite pour l’instant seulement deux fois cette année. En fait j’étais affecté par les symptômes négatifs de la schizophrénie. Bien que je ne sois pas physiquement handicapé, idée de faire une balade en vélo me semblait être une montagne et les distances loin loin loin. La réduction des médicaments n’a pas eu beaucoup d’effet à ce niveau.

Maintenant, ça semble de nouveau facile. Par sécurité je descends du vélo s’il y a des passages étroits ou difficiles. Petite pause à mi-chemin pour acheter à boire avant de longer la Reuss en rentrant.

Loisirs

Les vacances

Cette année nous sommes allés à Nice en vacances.

I love Nice

C’est l’idée de ma femme. Des vacances en ville et au bord de la mer. Comme elle est sous chimiothérapie pour le traitement du cancer du sein, elle ne peut pas s’exposer au soleil cette année.

Quelques années auparavant les vacances me passionnaient, je préparais frénétiquement mes affaires plusieurs semaines à l’avance et je n’en ratais pas une minute une fois sur place.

Maintenant, les vacances m’angoissent par le vide qu’elles provoquent. J’ai peur de m’ennuyer sur place. La baignade me rappelle des souvenirs d’envie de suicide en bateau pneumatique avec un sac de cailloux accroché aux pieds.

J’ai trouvé la parade en me calquant sur ma femme. Elle veut se baigner, on y va. Elle veut aller au marché, on y va. Elle veut faire une excursion à Monaco ou Vintimille, on y va.

Les vacances se sont finalement bien passées. Nous avions un appartement situé directement au bord de la mer avec vue sur la Promenade des Anglais, à deux pas du Marché aux Fleurs.

C’est bien que je puisse reconduire, sans cela ces vacances ne seraient pas possibles.

Sur le chemin du retour je pense tout le temps aux jobs intéressants que je pourrais faire en fonction de mon niveau d’études. Mais c’est mieux que l’année dernière où je pensais tout le temps au suicide.