Loisirs·Tennis·Vacances

Vacances à Casalzuigno

Comme tous les ans, nous passons une petite semaine de vacances d’été à Casalzuigno, près du lac Majeur.

Déjà deux articles ont été publiés à ce sujet sur ce blog, https://allesroger.blog/2019/08/07/vacances-a-la-marianne/ en août 2019 et https://allesroger.blog/2019/07/21/je-naime-pas-aller-en-vacances/ en juillet 2019, juste avant de partir.

Cette année, mon ami Alain dispose de tous les trois étages. Le plan d’occupation de la maison prévoyait la présence d’une de ses amies thérapeute de couple, ainsi que de sa fille. Elle s’est malheureusement désistée. Dommage, c’est une championne de la cuisine, plus particulièrement arabe et c’est une personne agréable.

La compagne d’Alain a invité la directrice de son école, vivant en couple de famille recomposée avec deux garçons, ainsi que ses deux filles. L’une est arrivée en décapotable deux places conduite par son ami, un riche héritier.

Je craignais un peu de me taper des discussions interminables de profs, étant donné que ma propre femme est elle aussi enseignante à l’école primaire. C’était assez inévitable, mais ça n’a pas pris trop de place. Ouf!

Autre bémol, les deux filles ont été présentées comme assez difficiles à vivre au quotidien. On s’était préparés au pire, mais c’est resté plutôt dans le domaine du folklorique!

Nous sommes arrivés en milieu d’après-midi sous une chaleur accablante, culminant à 39 degrés à l’ombre vers 18h ce jour là. Petit tour à Laveno en attendant le retour de mon ami. C’est toujours étonnant de voir si peu de monde dans cette jolie ville au bord du lac Majeur.

En entrant dans la cuisine de la maison de vacances, première surprise, les sacs poubelles ont des puces!

Gros naïf, j’imagine que ce sont de vrais puces…

On est les premiers invités arrivés sur place. Le reste de la smala arrive progressivement les prochains jours. Ça nous laisse le temps de prendre tranquillement nos marques.

Ma nouvelle routine quotidienne commence par un tour de chant… ceci après m’être réveillé en moyenne vers 4h du matin… J’écoute un enregistrement de cours de chant avec mon nouveau coach en me promenant dans le quartier. Pour commencer dans la forêt voisine.

J’avais pris mon équipement de tennis, histoire de m’entraîner au service vers 8h sur le court de tennis d’un village situé à 7 km, Cittiglio. Fort heureusement d’ailleurs, étant donné qu’il s’est révélé qu’un des deux garçons du couple d’amis de la copine d’Alain est également passionné de ce magnifique sport!

L’entraînement de tennis a vite fait partie de cette routine quotidienne. On est partis en général vers 7h40, parfois plus tôt. À deux occasions, j’ai pris un cours de tennis avec un moniteur.

Ensuite, nous sommes généralement allés avec ma femme au lac à Porto Valtravaglia, environ à 20 km de la maison de vacances. Le passage au bistrot m’a pris plus de temps que la baignade…! Il faut dire que les Italiens servent des chips, des olives, des cacahuètes en accompagnement de la bière, et ceci gratuitement!

La routine quotidienne continue avec une sieste d’une bonne heure. Comme je me réveille très tôt, c’est important de profiter de récupérer du sommeil en journée. J’ai essayé d’éviter ou de limiter la sieste pour dormir davantage la nuit, mais ça ne marche pas.

Cette année, j’ai attentivement fait le tour du quartier pour découvrir et vivre ce qui se passe tout près de la maison de vacances. Pourquoi repartir à Milan voir les mêmes magasins qu’à Zurich, alors qu’on peut s’immerger dans la culture locale à quelques centaines de mètres?

Ce qui m’a bien plu, c’est une phrase dans le bistrot où j’ai pris un-deux cappucino-cappucini (le mot au pluriel est dans le Wiktionnaire, mais pas valable au Scrabble…)

Ce que tu n’as jamais vu, tu le trouveras là où tu n’a jamais été…!

Le tour du quartier, c’est aussi la ronde des chiens de garde.

Le tennis matinal nous a permis de voir le Mont Rose depuis Cittiglio avec clarté, en vérifiant bien le sommet avec l’appli Peak Finder. En allemand, c’est la Dufourspitze, un nom un brin moins romantique….

Autre point culminant, l’anniversaire des 60 ans de ma femme, très heureuse d’avoir survécu à deux cancers.

Je termine cet article de blog en relisant les points qui me stressaient en 2019. Fini l’ennui, mes journées sont bien occupées, même en me levant tôt et sans pouvoir jouer au piano en vacances. D’être en groupe ne me stresse plus. Je suis de nouveau moi-même, avec mes lubies, ma spontanéité et mon énergie. Je raconte volontiers les détails de mon dernier travail intéressant, sans regretter que ce soit fini.

Le chant, c’est comme si j’emportais mon piano avec moi. Les écouteurs Bluetooth tiennent dans une petite boîte bleue.

Le tennis à Cittiglio était une expérience fantastique. Ce sera l’objet d’un article de blog isolé, en accord avec mon cher nouveau jeune partenaire et son père.

Blog·Loisirs·Manger et boire·Musique et show·Vacances

Vacances à Paris sur mer

C’est encore une idée de ma femme. Visiter Paris, fait rêver le monde entier, mais attention au Paris Shokogun, ce trouble entraînant une forte déception pouvant aller jusqu’à la dépression…!

Choisir un hôtel à Paris? J’ai essayé de trouver un hôtel où les clients peuvent jouer au piano, histoire de garder le rythme. C’est possible, mais on tape dans la catégorie cinq étoiles. Restons raisonnables.

On trouve près de 1’000 hôtels sur Paris, mais le design des chambres semble être standardisé. Le pari de l’originalité est peut-être trop risqué pour les hôteliers. Je crois avoir trouvé la perle rare avec l’hôtel OFF Paris Seine. Pas de piano, mais une vue sur la Seine depuis la chambre. Ça nous rappellera nos croisières en Méditerranée et en Mer Noire. En prime, cet hôtel se situe assez près de la Gare de Lyon, où arrivera notre TGV.

Je choisis de réserver le TGV au départ de Mulhouse, en prenant d’abord le TER, puisque le TGV direct Bâle-Paris est beaucoup plus cher.

Le voyage aller se passe très bien. Pause café dans le wagon restaurant de l’EuroCity Olten-Bâle, petite bière à Bâle, essais de piano à Mulhouse (les grandes gares françaises ont remis les pianos électroniques en place avec la fin des mesures anti-COVID), Internet par le WLAN du train.

Après avoir mangé copieusement dans un petit fast-food turc, nous nous dirigeons vers l’hôtel. Bientôt arrivés sur le pont sur la Seine, nous voyons l’hôtel, mais également une péniche discothèque juste en face. L’hôtel est vraiment situé directement sur la Seine, avec une passerelle pour y accéder, ainsi qu’une bouée de sauvetage…!

La vue depuis la chambre est tout simplement magique. La Seine est à moins de 2 mètres de notre fenêtre! Les lumières colorées des bateaux-péniche animent le décor.

Seul bémol, à 2h du matin, j’entends le boom-boom de la discothèque… Les tampons anti-bruit ne servent à rien… Je me rends à la réception, où on m’informe que le samedi et le dimanche soir, les « after party » durent jusqu’à 4h du matin… Leurs tampons anti-bruit ne sont pas meilleurs et je me résouds à prendre un peu de quétiapine pour dormir.

Bien reposés, nous entamons notre première journée de visite à Paris en ce lundi de Pâques. Le Louvre est une de nos priorités. Nous avons réservé les billets en ligne, conscients de la forte demande à ce moment-là. L’accès est rapide. Ma femme se laisse complètement happer par le marketing du musée et se précipite vers la salle où la Joconde est exposée et chacun peut faire SA photo après avoir attendu patiemment.

Beaucoup de peintures italiennes, pas vraiment notre goût, mais nous découvrons avec plaisir les objets d’Océanie, plus précisément de l’Ile de Pâques, de circonstance en ce week-end pascal.

Retour à l’hôtel par la rue Saint-Honoré où se trouvent les magasins d’habits de luxe. Sieste d’une petite heure, comme d’habitude à la maison, avant de repartir pour le Jardin des Plantes, situé à 400 m de l’hôtel.

C’est la saison des tulipes, le jardin est très agréable à visiter. Comme il nous reste un peu de temps, nous prenons des billets pour visiter la ménagerie. Beaucoup d’espèces que nous n’avions jamais vues, des conditions de « détention » apparemment acceptables. Le plus spectaculaire était de voir le léopard des neiges.

Rendez-vous pour le repas du soir à une brasserie près de la Gare de Lyon avec mirage, mon co-administrateur du forum d’entraide La Roue et sa copine. Le serveur est assez âgé et nous titille un peu en raison de notre accent non parisien. Surprise, nous découvrons qu’il travaille de jour comme thérapeute cognitivo-comportemental et fait des extras le soir comme serveur pour se changer les idées.

Le lendemain, visite du musée Marmottan. Ma femme adore les impressionistes. En fait, le trajet passe par la porte d’Auteuil, tout près de Roland Garros, temple du tennis français ä l’international. Difficile de résister… une petite visite est prévue au retour!

Le musée Marmottan abrite des tableaux de Berthe Morisod et de Claude Monet. Mais ce qui retient le plus mon attention, c’est l’épée dédiée au mime Marceau, en référence à son personnage Bip, mon surnom sur le forum d’entraide La Roue.

Retour à la porte d’Auteuil. La seule chose à visiter à Roland Garros en ce moment est la boutique. Tout le reste est inaccessible en raison des travaux de rénovation. Peu d’articles. En face se situent les jardins de la porte d’Auteuil. L’accès est gratuit, très peu de monde. Promenade dans les serres exotiques, dont une a été réaménagée en court de tennis, le court Simmone Matthieu.

Retour à l’hôtel en bus, d’abord via le périphérique intérieur, puis d’Ouest en Est avec la ligne 63, qui nous amène directement à la Gare Saint-Lazare, à deux pas de notre hòtel.

Le temps de recharger les batteries de téléphone, nous repartons vers la place des Vosges, en ayant l’intention de rentrer par le Canal Saint-Martin. Visite gratuite de la maison de Victor Hugo. Tour de la place des Vosges en admiration devant les tableaux dans les différentes galeries…

Direction la Bastille, puis la Seine. Le canal Saint-Martin nous est surtout connu depuis le confinement… En effet, des images ont été montrées à la télé où les Parisiens profitaient de leur nouvelle liberté sur les berges du canal.

Il existe un canal souterrain permettant de passer de la Villette à la Seine. C’est fascinant de découvrir le tourisme fluvial à Paris sur mer!

Rendez-vous à un restaurant spécialisé dans les fruits de mer à la Gare de Lyon avec mon fidèle ami d’enfance et d’école d’ingénieur. C’est assez difficile de trouver un endroit en Suisse alémanique où commander un plateau de fruits de mer et les prix sont parfois exhorbitants Le bar de la brasserie Lipp à Zurich facture l’huitre à l’unité, c’est 7 euros pièce…!

Une nouvelle journée commence par la visite de l’exposition Machu Picchu au Trocadéro. Départ en bus, en longeant la Seine. Etonnant d’y voir si peu de monde à 9h30. Magnifique vue sur la Tour Eiffel en montant les marches du Trocadéro.

L’exposition est très bien faite. Mon ami allemand et partenaire de tennis en Suisse est en train d’arriver à Paris pour nous rejoindre. C’est Rue des Rosiers que nous avons décidé de lui donner rendez-vous, le dernier point sur la « To Do » liste de ma femme.

La spécialité culinaire de la Rue des Rosiers, ce sont les falafels. Intéressant pour moi, puisque sans gluten, mais la file d’attente devant les échoppes est décourageante. J’avais repéré une brasserie sur notre route, Les Philosophes, avec des possibilités de menu variées et un cadre enchanteur.

Difficile de trouver une place en terrasse, mais sur un coup de chance, nous y arrivons. Pendant ce temps, mon ami réussit à surmonter les péripéties de la circulation sur le réseau de la RATP et découvre le menu, assez fourni mais écrit en caractères minuscules.

Le souci des billets pour touristes de la RATP, c’est que les tickets à bande magnétique sont facilement démagnétisés lorsqu’ils sont en contact avec un smartphone ou même une carte de crédit.

Excellent repas pour un prix raisonnable. Les commentaires de Google décrivant Les Philosophes comme une des meilleures brasseries de Paris sont justifiés. Le service est un peu long, mais nous ne sommes pas pressés.

Notre serveur a un rythme de vie intéressant. Il travaille trois jours pendant 11 heures, mercredi, jeudi et vendredi, ce qui lui permet de passer du temps avec sa famille. Nous voilà rassurés au sujet de son possible surmenage. Il a suivi une formation dans un cirque, ce qui explique son impressionnante dextérité.

Après une excellente glace artisanale, nous rentrons à pied à l’hôtel via l’Ile Saint-Louis. C’est l’occasion de longer la Seine. Dolce vita à la française. À un endroit, une salle de danse en plein air permet à quelques couples de danser sur des musiques variées. Les bords de Seine sont fleuris. L’ambiance est relax.

Après une halte à l’hôtel, nous repartons pour le Café de Flore, endroit mythique de Paris sur le Boulevard Saint-Germain. Les prix sont prohibitifs, certains vins sont affichés à 1’000 francs la bouteille. La décoration à l’intérieur est décevante, mais nous avons choisi comme la plupart des clients de nous asseoir à la terrasse.

Pour manger, nous avons repéré un restaurant coréen à proximité. Celui-ci est fermé. Des files d’attente se forment à d’autres restaurants. Mieux vaut continuer notre chemin en direction de l’hôtel. Coup de chance, un stand de rue de boissons et nourriture antillaises propose des choses originales, dont du boudin antillais.

C’est bientôt l’heure du grand débat télévisé présidentiel de l’entre deux-tours Macron – Le Pen. J’écoute d’une oreille, en attendant d’être à l’hôtel. Ce débat durera au moins 2 heures et demie, mais je ne veux pas en rater une miette.

Le lendemain, je pars visiter le Jardin du Luxembourg, où se trouvent quatre courts de tennis. C’est fascinant de voir des courts à cet endroit, en plein Paris. Le prix est abordable, 120 euros pour 10 tickets.

Ensuite, les choses se gâtent un peu pour moi. Le soir, nous avons prévu d’aller au Lido pour voir le spectacle. Mais progressivement, je ne me sens pas bien. J’ai une barre au ventre. Mon corps se met en mode de survie et nous rentrons le lendemain matin en train à la maison.

Loisirs·Manger et boire·Vacances

Vacances à Vienne

C’est notre premier voyage à Vienne, depuis un moment sur notre bucket list!

Très peu de préparation, mis à part le voyage en train et le choix stratégique de l’hôtel. Ma femme voulait absolument faire de beaux rêves dans le quartier Hundertwasser. Initialement, nous y avons réservé une chambre dans un hôtel assez élégant, mais il a été fermé pour cause de COVID, plus exactement parce qu’il n’y avait pas assez de clients.

Départ de Zufikon en train dimanche matin, retour en train de nuit jeudi soir. Petite surprise au réveil… en vérifiant les horaires, je m’aperçois que le trajet entre Bludenz et Sankt Anton est interrompu en raison d’un risque d’éboulement… Des bus de remplacement sont prévus, mais la correspondance à Innsbruck est compromise.

Effectivement, trois bus nous attendent à Bludenz, mais c’est trop peu, et nous devons rester debouts. Le stress fait que je ne mets pas immédiatement mon masque dans le bus, et voilà qu’une femme d’à peu près de mon âge me réprimande. Là, je m’énerve et lui touche légèrement l’épaule, ce à quoi elle réagit en m’accusant littéralement de harcèlement sexuel (an allemand sexuelle Belästigung). Aussi sec, je lui demande si elle frustrée de quelque chose… Elle arrête de discuter pour lire un livre sur les dysfonctionnements hormonaux des hommes… Vive l’aventure!

Petit pique-nique dans le train, photo amusante d’un volcan autrichien en route, puis changement à Innsbruck.

Enfin dans l’ambiance autrichienne, avec une boutique de Speck et une vendeuse en costume folklorique. C’est le moment de surfer sur Internet afin d’acheter des cartes journalières de transports en commun. Aïe, j’oublie que mon Hotspot ne fonctionne pas à l’étranger. Un problème à régler au retour avec l’assistance HTC, vu qu’il faut scanner la facture d’achat comme justificatif.

Mon smartphone marche d’ailleurs très mal. J’appelle le support de mon opérateur, UPC. La première assistante me dit qu’elle m’entend mal… Je prends le smartphone de ma femme pour les rappeler. Le deuxième assistant essaie de me remballer en me proposant de m’envoyer une nouvelle carte SIM… Sur ce, je le menace de donner un 1 sur 10 à l’enquête de satisfaction envoyée systématiquement après ce genre d’appels. La menace fonctionne à fond. Il me conseille de mettre mon smartphone en mode avion, puis de le redémarrer, et ça marche…! Dans la foulée, il me propose de passer chez UPC pour le smartphone de ma femme, ce que nous acceptons de faire, en faisant une petite économie au passage.

La nouvelle du jour tombe juste après, c’est la confirmation de Dominique Dupagne d’accepter de collaborer au projet de nouveau forum pour schizophrènes et autres pathologies. Ce médecin généraliste maintenant à la retraite a mis en place un forum de discussion pluraliste et bienveillant qui m’a apporté beaucoup durant les dernières années. Suite à l’annonce de fermeture de ce forum, j’ai décidé d’en monter un autre, La Roue, avec un site web-blog en plus.

Au bout de 11 heures de train au lieu de 9 heures prévues initialement, nous arrions enfin à Vienne. Surprise, depuis le 1er octobre, les masques FFP2 sont obligatoires dans la gare et pour entrer dans les magasins de commerce alimentaire. La règle d’accès aux restaurants et bars est la 2.5G, c’est à dire Geimpft, Genesen, Getestet mit PCR. Les tests antigènes rapides ne sont plus valables. Même pour acheter un petit pain dans une boulangerie, il faut un masque FFP2!

L’hôtel se trouve à quatre stations de la gare centrale par la ligne U1. Il semble être très récent, check-in et check-out entièrement électroniques, mis à part la vérification des certificats de vaccination COVID. Le top, c’est la possibilité d’emprunter une guitare électrique à la réception. Un ampli Marshall est déjà installé dans la chambre! C’est mon ami Christian, ex-professeur de guitare et partenaire de tennis passionné qui serait content!

En route le lendemain pour cette première journée complète à Vienne. Le petit déjeuner à l’hôtel est correct, la décoration est amusante avec des vélos placés dans tous les sens et les guitares accrochées au mur.

L’hôtel se situe au bord du canal de dérivation du Danube. De là, on peut même aller en bateau à Bratislava, en Slovaquie. Après avoir acheté des masques FFP2 dans une pharmacie, nous nous dirigeons vers le quartier Hundertwasser. De passage à la Radetzkystrasse, j’écoute la célèbre marche de Strauss, conclusion du traditionnel concert du Nouvel An, que mes parents ainsi que mes beaux-parents écoutaient régulièrement.

Au bout d’un bon kilomètre, nous arrivons d’abord au musée Hundertwasser, encore fermé à cette heure, puis aux logements sociaux (eh oui!) de Hundertwasser. Peu de touristes à cette heure, mais des Français râleurs qui nous houspillent parce que nous prenons trop de temps pour faire des photos à la fontaine. Pas de chance pour eux, on n’est pas du genre à se laisser faire!

Petite pause café avant de repartir vers le musée. Les prix du café sont relativement onéreux, presque au niveau des prix en Suisse.

Ma femme est chargée de nous diriger avec la navigation Google et commence à s’en sortir pas mal. Quelques rues plus loin, nous arrivons au musée Hundertwasser. C’est gai, coloré, comme on imagine!

Repas de midi au café-restaurant du musée avec une belle table colorée. Le plat du jour est à 10 euros. La place n’est pas bourrée de monde, le contrôle des certificats de vaccination est basé sur la confiance…

Retour vers l’hôtel, étant donné que d’une, c’est sur le chemin de la gare où nous devons chercher les guides de réduction GetYourGuide et que de deux, la batterie de mon smartphone principal, de mon smartphone de secours, ainsi que de la batterie de secours sont vides… tout ça en une matinée…

À la gare, nous recevons immédiatement les documents GetYourGuide, mais je dois patienter un moment pour clarifier la commande de mon petit déjeuner sans gluten du train de nuit au retour. L’employé au guichet est assez peu professionnel, comparé au standard suisse. Pas son boulot… mais je le fais pour lui avec une recherche Google en tombant sur l’adresse e-mail de la société de catering qui s’occupe de ce genre de souhaits particuliers. Bon timing, il fallait le faire au minimum 72 heures avant le départ.

Etant donné l’heure tardive, la visite du château de Schönbrunn est compromise. Je propose à ma femme de visiter le musée des illusions à la place, mais elle refuse et insiste pour aller au château. Evidemment, peu de temps après, elle râle parce que nous n’aurons plus assez de temps… Il faut faire son expérience dans la vie…

Arrivés à 16h10, il ne nous reste plus qu’à visiter les jardins, qui ferment à 19h. Immenses allées..!

On se met d’accord pour manger à un restaurant japonais ce soir. Etonnant, Google en trouve un à l’orée du parc du château. Bof bof… oublions ce repas, notre fils cuisine beaucoup mieux!

Après une bonne nuit de repos dans notre excellente chambre d’hôtel, nous sommes prêts pour de nouvelles aventures. Première attraction de la journée: l’école d’équitation espagnole de Vienne, réputée pour ses étalons lippizans. Elle se trouve au centre-ville, que nous découvrons avec émerveillement, mais sans trop de temps pour les photos.

Ce sont des chevaux d’origine slovène, importés d’Espagne.

C’est en fait « seulement » à un entraînement que nous pouvons assister. Les spectacles ont lieu les dimanches et sont complets pour un mois. Restriction d’entrée aux 2G, c’est à dire vaccinés et guéris, entrée pas autorisée pour les testés, même pas avec un PCR…

L’ambiance est top, mais nous restons un peu sur notre faim quand à l’entraînement. Roooo… on est peut-être un peu gâtés, non…? Les chevaux marchent la plupart du temps au pas, presque pas de cabrioles.

Voici une photo de chevaux presque équivalents prise en extérieur.

En face de l’école d’équitation se trouve le musée Sisi (oui, avec un seul « s »!). Etant donnée l’affluence, nous décidons d’y aller en fin de journée. La priorité de ma femme, c’est maintenant de s’acheter des chaussures Paul Green chez Salamander. En prime, elle s’achète un bonnet assorti avec un pompon démontable pour le lavage en machine.

Retour à l’hôtel pour déposer les anciennes chaussures, recharger mon mobile (aïe) et déjeuner au petit restaurant vietnamien situé en face, notre nouvelle cantine.

Ensuite, nous nous rendons au musée des illusions, situé tout près de l’école d’équitation. Il est tout petit. Les premières attractions nous laissent un peu indifférents, mais les suivantes avec des possibilités de photos seront excellentes.

Aucune manipulation Photoshop! Mais aucune explication ici pour ne pas gâcher la magie…

De là, nous allons au musée Sisi. On nous stresse un peu à l’entrée en insistant sur le fait que le musée fermera ses portes dans une heure et demie. Beaucoup de vaisselle à voir pour commencer. Ensuite, visite des chambres du palais impérial. Je passe pas mal de temps sur mon smartphone, alors que ma femme est ébahie, vu que Sissi (ou Sisi) était l’idôle de sa mère.

Petite halte pour boire quleque chose avant d’attaquer la visite de la Ringstrasse. Elle mesure un peu plus de 5 kilomètres et a été créée au milieu du 19è siècle. Google Maps nous laisse en plan.. parce que la Ringstrasse ne s’appelle jamais comme ça à Vienne! Nous nous fixons un objectif sur la Ringstrasse, le Stubentor, en supposant que la ligne 2 du tramway continuera à suivre la Ringstrasse, ce qui fonctionne un bon moment.

La nuit tombe et nous retournons au café végétarien pour manger, avant de retourner à l’hôtel.

Une nouvelle journée commence avec la visite du château de Sissi à Schönbrunn au programme. Métro direct depuis notre hôtel, ligne 4, puis 600 mètres à pied.

Visite du château, ou plutôt du palais avec un audioguide, en français pour ma femme, en allemand pour moi. Pas de photos autorisées. Belles pièces avec du mobilier coloré et des miroirs en crystal.

Suite de la visite dans les jardins du château. Photo de ma femme avant qu’elle soit choquée par un appel de son cabinet médical au sujet d’un grain de beauté qui doit être opéré. Encore une tuile pour elle…

Prochaine étape, le zoo de Schönbrunn, qui se trouve dans le parc du château. C’est le plus vieux zoo du monde, fondé en 1752 et toujours resté en activité depuis. Autre particularité: il abrite des pandas, c’est un des 10 zoos en Europe à avoir des pandas.

Le safari photo commence… Mais ce sont incontestablement les ours qui me fascinent le plus. J’ai peut-être passé une demi-heure à les regarder! Je suis assez de ma photo!

Le zoo est beaucoup plus grand que j’imaginais. On y voit de tout…!

Les pandas sont plus difficiles à photographier correctement. Un des pandas vadrouille devant nous, mais ne prend pas la pose. C’est étonnant de voir si peu de spectateurs devant les pandas, moins d’une demi-douzaine en moyenne.

Nous finissons la visite avec les orang-outans. À la joie de ma femme, un de ces congénères se fait une cabane avec du papier qu’on leur a laissé pour qu’ils s’amusent. Pas de chance, mes accus sont vides, deux smartphones et un accu de rechange liquidés six heures, grrr…

Petit crochet au sortir du zoo par une immense serre où se trouvent des plantes exotiques.

Chocolat chaud dans le salon d’un bel hôtel avant de rentrer en métro et de dîner à un restaurant coréen situé près de l’hôtel, non sans avoir discuté longuement avec ma femme du fait que je passe trop de temps pour le forum et sur mon smartphone… Mais bon, elle angoisse de se faire charcuter…

Conseil de guerre pour savoir ce qu’on fera le lendemain. Ballade à Bratislava ou pas?

Réveil pour ce dernier jour de vacances. Une incursion en Slovaquie nous tente, mais nous estimons que nous ne voulons prendre aucun risque relativement aux procédures administratives de la COVID. C’est donc à Vienne que nous passons la journée.

D’abord, nous nous rendons au musée de l’Esperanto, où se situe également le musée des globes.

Ensuite, nous continuons notre route à pied vers un magasin d’habits pour hommes de grande taille, en nous étonnant de la beauté des monuments.

Bingo. Ce magasin propose un bon choix de chemises adaptées à ma morphologie. J’en achète trois, ainsi qu’un blouson molletoné.

Repas de midi dans un self, étant donné que ce n’est pas le quartier des restaurants. Prochaine étape: un café avec patisseries sans gluten. Pas de chance, ce café ne propose que quatre tables, toutes occupées. Nous continuons donc notre chemin en nous orientant vers un autre des innombrables cafés de Vienne.

Bientôt l’heure de rentrer au bercail… Dernier repas asiatique (eh oui, nous n’aurons jamais mangé dans un restaurant autrichien durant notre séjour…) avant de chercher les valises à l’hôtel et de prendre le train de nuit au départ de Vienne à 21h27.

Confort plutôt spartiate, mais une bonne nuit passée dans un lit assez grand pour moi, environ 2 mètres de long. Petit déjeuner servi à 6h30 en arrivant en Suisse.

Tout s’est bien passé. La prochaine fois, nous irons jusqu’à Budapest en train…!

Loisirs·Manger et boire·Vacances

Vacances à Neuchâtel

Cette fois encore, c’est ma femme qui a proposé la destination de nos courtes vacances de printemps. Neuchâtel, c’est à seulement 140 kilomètres de notre domicile, mais ça dépayse et on peut y faire pas mal de choses.

Notre première destination est Murten (ou Morat en français). C’est une ville bilingue avec de jolies fortifications. Le parking est plutôt vide en cette saison. Nous commençons la visite en cherchant un take-away, restrictions COVID obligent. Le temps est plutôt frais, 8 degrés, ensoleillé, mais venteux, comme on peut le voir sur la photo du lac.

Les fortifications sont encore en très bon état et peuvent être visitées. Ma femme a le sourire!

Les commerces dits non-essentiels sont ouverts, ce qui rend la visite plus agréable. Après avoir fait le tour des fortifications, nous nous dirigeons vers Neuchâtel en essayant d’éviter de prendre la voie rapide.

Notre hôtel se situe près de la gare, située en hauteur du lac de Neuchâtel, le plus grand lac entièrement en Suisse. Précision importante: c’est un hôtel-restaurant. Les clients ont la possibilité d’être servis en salle le soir. On lit que certains visiteurs réservent une nuit à l’hôtel pour le plaisir d’aller au resto pendant cette période de semi-confinement. Nous avons réservé une chambre avec vue sur le lac. Comme il est presque 15h, nous pouvons déposer nos affaires et apprécier la vue.

Pas de stress pour ce premier jour. Nous décidons de faire un tour au lac, puis au centre-ville. J’y déniche un magasin vendant d’excellentes terrines de viande et de poisson, ce qui est difficile à trouver en Suisse alémanique. Ces souvenirs culinaires nous accompagneront pendant de nombreux mois.

Voici enfin le soir, avec le point culminant: notre premier repas au restaurant depuis presque six mois!

Je prends du vin neuchatelois au verre, ainsi qu’un steak tartare, accompagné de toasts de pain sans gluten. Un luxe!

Le soleil se couche pendant que le diner se termine. Vu les circonstances, nous avons presque l’impression de faire quelque chose d’interdit. En France, les restaurants sont à ce moment fermés et une affaire de diners clandestins est passée aux nouvelles télévisuelles.

Nous regagnons notre chambre en appréciant la vue nocturne sur la ville et le lac.

Réveil à une heure raisonnable pour prendre le petit déjeuner conforme aux « normes COVID », c’est à dire complètement emballé… Nous découvrons un peu tard qu’il était possible d’avoir du saumon fumé et de la charcuterie, mais ce sera pour le lendemain.

L’hôtel donne un carnet d’activités à ses clients avec des entrées gratuites ainsi qu’un Pass pour les transports en commun. Etonnant de voir le nombre et la diversité d’activités dans la région de Neuchâtel. On pourrait s’occuper toute une semaine!

Nous nous décidons pour visiter le musée d’ethnographie. Descente en funiculaire vers le lac, puis petit tour en bus. Le musée a une exposition temporaire sur les voyages, l’impact de la Suisse dans la colonisation de l’Afrique (si, si!) et… les masques…! Voici des masques du Lötschental, en Suisse.

La visite prend presque deux heures. On peut s’asseoir dans des imitations de cabine d’avion, sur des transats, dans des salles où des images défilent.

Après un repas à un take-away asiatique, nous profitons du balcon de l’hôtel avant de nous diriger vers le jardin botanique de Neuchâtel. Peu de plantes en fleurs en cette saison à mi-avril, mais la visite est agréable.

Nouveau repas du soir au restaurant de l’hôtel.

Le lendemain, nous retournons à notre domicile, après une visite prévue au Laténium, le plus grand musée archéologique de Suisse, situé dans un faubourg de Neuchâtel. Le musée attire davantage de visiteurs que le musée ethnographique, bien que le sujet soit un peu « poussièreux ».

À la sortie du musée se trouve un automate où on peut acheter du poisson du lac de Neuchâtel, de la bondelle, une sorte de truite de lac.

Le prochain objectif de visite est la presqu’île Saint-Pierre, où Jean-Jacques Rousseau a séjourné. Après être arrivés à un camping, nous nous rendons compte qu’il faudrait marcher une heure pour y arriver. Le temps est froid et venteux, avec une température ressentie de 6 degrés. Take-away au camping au bord du lac de Bienne. Court passage au centre-ville de Bienne puis retour à la maison.

Loisirs·Randonnées

Chutes de neige record chez nous

Les chutes de neige font aujourd’hui la une des journaux! Enfin autre chose que la COVID!

La neige nous fascine par son côté décoratif, immaculé, éphèmère, mais aussi par son impact sur le déroulement de la vie quotidienne dès les premiers flocons.

Ces dernières 24 heures ont vu les chutes de neige les plus importantes depuis 20 ans dans ma région. Curieusement, à Berne, située à la même altitude, à 100 km de chez nous, c’est seulement de la pluie qui est tombée. À notre domicile, on a eu environ 35 cm de neige fraîche en 24h. À l’Est, presque le double…!

Je cherche un peu d’aventure en cette période de semi-confinement… Profitons de ce qui reste autorisé… J’ai donc décidé d’aller faire un tour en train à Davos ou Saint Moritz pour admirer le paysage en traversant la Suisse… Cela me permet également d’amortir mon abonnement annuel de train, vu qu’en ce moment, ni tennis ni bénévolat ne sont possibles.

Départ vers 7h30 de Zufikon. Le train arrive avec un peu de retard sur le tapis blanc de la voie, mais il arrive!

Le trafic ferroviaire est forcément perturbé, non seulement en raison de la neige sur les voies, mais également parce que les conducteurs de train ont du mal à se rendre sur leur lieu de travail.

J’arrive à Zurich vers 9h où je prends un train en direction de Chur. Pour m’occuper, j’écoute l’émission quotidienne de professeurs de chant, exceptionnellement tournée en extérieur! https://youtu.be/TLN3vUE8iYA

À mi-chemin, le contrôleur du train nous annonce que la gare de Sargans ne nous permet pas de continuer. Retour à Zurich dans le même train…

Mais même une promenade à Zurich reste exceptionnelle, puisque les transports en commun ne peuvent pas circuler ce matin, essentiellement en raison d’arbres cassés sur les voies. Les pompiers sont en pleine action à la Bahnhofstrasse, la rue commerciale principale de Zurich.

IMAG1107

Les restaurants et bars sont fermés, mais les tables et les chaises sont restées dehors.

Tables

Les mouettes volent sur la rivière Sihl:

IMAG1112

Repas pris à un take-away srilankais avant de rentrer à la maison.

Maison

Grâce aux nouvelles du journal 20 Minuten, j’apprends qu’un tire-fesse sera en service à Dietikon, à 12km de chez nous, la piste de ski la plus basse de Suisse, à 460 mètres d’altitude. Je n’étais même pas au courant de son existence! 

Le lendemain, je me rends à la gare de Dietikon Sfoffelbach en train, non sans avoir consulté l’horaire par précaution. La ligne de mon train S17 est interrompue entre Bremgarten West et Wohlen, suite aux chutes d’arbres. De là, guidage facile par Google… Surprise, on pourrait même se rendre à la « station de ski » en bus!

À l’arrivée, plusieurs policiers en charge de contrôler que tout le monde mette bien le masque et respecte la distance de sécurité d’un mètre cinquante… C’est assez dingue comme situation…

IMAG1129

Les skieurs peuvent monter gratuitement le jour de l’ouverture! La contrepartie est qu’ils se chargent de damer naturellement la piste, étant donné que le « domaine skiable » ne dispose pas d’engins appropriés, ce n’est pas rentable vu la rareté de la neige à cette altitude. Le forfait journalier coûte maximum 8 francs suisses pour les adultes, c’est cadeau comparé à presque 80 francs suisses dans les stations les plus chères.

Retour à la maison en bus et train…!

Loisirs·Schizophrénie

Reprise des tournois de tennis après 7 ans

J’ai joué hier mon premier tournoi de tennis depuis 7 ans!

Ces 7 dernières années n’étaient pas que des années de malheur, mais les années 2014 et 2015 ont laissé des traces terribles. Mes psychoses m’ont conduit à deux reprises à l’hôpital psychiatrique pour une durée de deux mois à chaque fois. Le plus dur était en fait de se retrouver à la maison sous forte camisole chimique, sans emploi et sans perspective de retrouver un financement par un nouveau travail ou par l’invalidité.

C’est assez curieux, mais maintenant ces souvenirs me reviennent des moments où j’arrivais à peine à tenir une fourchette pour me nourrir et où j’étais dans mon fauteuil en regardant l’heure qui passe de manière interminable, sans envie de faire quoi que ce soit pour m’occuper et bien entendu avec une forte tendance suicidaire.

Fort heureusement, en 2014, mon feu psychiatre traitant avait reconnu la gravité de la situation en réduisant le traitement precrit par l’hôpital (la dose maximale autorisée, soit 150mg de Xeplion) à quelque chose de plus raisonnable. Mais les dégâts étaient si importants que j’étais durablement handicapé dans ma motricité.

Pendant plusieurs années, mon tennis était devenu lamentable. J’ai progressivement pied grâce à mes fidèles partenaires, ainsi qu’au club de Schinznach où je joue régulièrement au double avec un groupe de retraités très sympathiques et compréhensifs de ma situation.

C’est donc en voiture que je me suis rendu au tournoi à Schinznach, à l’endroit où je m’entraîne habituellement de nouveau depuis un peu plus de 3 ans. Là aussi, victoire sur le mauvais sort, étant donné que mon permis de conduire m’a été retiré à deux reprises, en 2014 puis en 2017, ceci pour une durée totale de 4 ans et demi.

Je suis arrivé assez tôt, le temps de prendre un café à l’Aquarena, un centre de Wellness situé sur le même site que mon club de tennis Mon premier adversaire est arrivé un peu plus tard en raison d’un retard de train, mais il a gentiment accepté de poser pour une photo, comme dans les tournois de l’ATP 🙂

IMAG1056

Le tournoi était un MS R7/R9, c’est à dire à priori destiné aux jeunes joueurs, donc j’étais plutôt l’exception. Mon jeune adversaire est maintenant âgé de 18 ans, donc il avait … 11 ans lorsque j’ai dû arrêter les tournois pour raison de santé.

Le résultat d’un match de tennis est parfois assez trompeur. J’ai perdu 2:6 1:6, mais les jeux étaient assez accrochés,
la partie ayant duré presque une heure et demie. Mon adversaire a commencé à jouer à l’âge de 5 ans (moi à 35 ans). Il était très calme, avec une bonne routine pour gérer toutes les situations.

La bonne nouvelle à retenir est d’avoir la confirmation que je suis de nouveau capable de disputer des tournois. D’ailleurs, je viens de m’inscrire à trois autres tournois en décembre. Il y a certes des points à travailler, mais c’est ce qui fait l’intérêt de la chose et donne de la motivation pour continuer ce travail de fond.

Ce tournoi de reprise était un tournoi à domicile, sur mon terrain d’entraînement hedbomadaire, en fait de la terre battue sous un ballon plastique en hiver.

Voici une photo du clubhouse (datée de 2017, avant le Corona).

Clubhouse

L’autre intérêt des tournois à Schinznach, c’est la possibilité de jouer deux matches sur la journée, aussi bien en cas de victoire que de défaite. Le temps d’attente pour le second match était assez long, plus de 4 heures. Mon deuxième adversaire était beaucoup trop fort, niveau réel bon R6 en Suisse, c’est à dire environ 15/4 en France.

Ce match était plutôt à sens unique. Mon adversaire maîtrisait un service puissant avec du lift sur mon revers, mes retours étaient trop courts et il me mettait systématiquement un pain dans un côté du court. À noter qu’il est actuellement en tête du Grand Prix Suzuki de la catégorie MS R7/R9.

Curieusement, la forme physique n’était pas un problème, bien que j’aie arrêté le footing en raison de troubles assez inexplicables dûs au traitement à l’hôpital en 2015.

Cet après-midi retour à l’entraînement à Schinznach. Ce sera l’occasion de travailler mon smash afin de mieux couvrir le filet en cas de lob de l’adversaire. Mis à part une scéance de smash à un camp d’entraînement en juillet de cette années, je n’ai pratiquement pas joué ce coup lors des 7 dernières années. Mes entraînements se cantonnent en général aux coups de fond de court et au service.

Loisirs·Vacances

Vacances à Nice

Cette année nous sommes retournés à Nice, où nous étions déjà trois ans auparavant.

Entretemps, nouvelle psychose en août 2017 au retour de vacances, suivie d’un retrait de permis de deux ans, d’un licenciement sans préavis dû à mes troubles de comportement et d’une demande de mise en curatelle (refusée…) par ma femme et mon fils.

Après une période d’incertitude et de frustration où je restais prostré au lit, la perspective des vacances me fait de nouveau plaisir. C’est donc avec une certaine satisfaction que j’ai conduit notre C4 de Zufikon à Nice via Evian, où nous avons fait une halte après avoir visité le musée Charlie Chaplin à Vevey en Suisse.

IMAG0398

Comme on le voit, en Suisse, le masque n’est pas obligatoire dans les musées. À l’hôtel en France, c’était une nouvelle habitude à prendre.

Depuis Evian, le trajet vers Nice reste relativement long. C’est faisable en une journée étant donné qu’on peut se relayer au volant, mais fatiguant pour ma femme. La traversée du Vercors est toujours aussi agréable. L’humeur de ma femme était plutôt moyenne à l’arrivée. Les derniers mètres étaient difficiles en raison du réaménagement du port.

Le lendemain matin, vue panoramique sur la Promenade des Anglais depuis notre appartement. Ma femme s’est fait un nouvel ami sur la terrasse, un pigeon… Lui donner du pain la met de nouveau de bonne humeur.

IMAG0420

Depuis quelques semaines, je me réveille vers cinq heures du matin… Mais pas de risque de rechute en psychose, je dors assez et bien. À cette heure là, les derniers noctambules se mélangent aux lêve-tôt, c’est assez amusant.

Première baignade en mer depuis deux ans (à Ajaccio), tôt le matin après le petit déjeuner. On préfère y aller tôt et encore une fois tard dans l’après-midi.

Sortie achats au marché de la vieille ville de Nice, situé tous près de notre AirBnB. Etrange de constater le peu de monde… Achat d’olives, de fromage, de fruits et légumes. Petit café en terrasse.

Le lendemain, sortie à Eze, au jardin botanique.

 

IMAG0443

C’est magnifique! Avec vue sur la baie de Villefranche. Là aussi, peu de monde à Eze…

Retour à la voiture, où j’ai trouvé un gentil mot… Pas si mal garé que ça en fait… Mais je reconnais que ce n’est pas ma spécialité…

IMAG0492

Le jour suivant, visite de la villa Kérylos à Beaulieu. Le truc, c’est de prendre le bus depuis Nice pour aller à la plage de sable fin de Beaulieu. Il circule tous les quarts d’heure. En France, le port du masque est obligatoire dans les musées…

IMAG0468

Le jour d’après, visite de la villa Rothschild à Saint-Jean Cap Ferrat. Appréciable que des riches aient la bonté d’autoriser des roturiers à visiter leur villa! Voici la vue du bureau…

IMAG0481

Au bout de cinq nuits à Nice, il était déjà temps de repartir. C’est via l’Italie et le Gotthard que nous sommes rentrés, avec une halte à Cannobio, située au bord du lac Majeur.

Peu de monde au tunnel du Gotthard. D’habitude c’est 10 kilomètres de bouchon et deux heures d’attente à cette époque de l’année. Là, pratiquement rien. Bon, la photo est trompeuse… Il y avait peut-être dix minutes d’attente avant d’entrer dans le tunnel.

IMAG0504

Le paysage sur le chemin du retour à Zufikon est assez joli. D’abord la montagne au Gotthard, puis le lac des Quatre-Cantons.

Très bon bilan de vacances donc. Assez courtes, mais mieux vaut vivre une journée comme un lion que cent jours comme un chien (chanson d’IAM trouvée grâce au forum Atoute…).

 

Loisirs·Schizophrénie

La musculation en souffrance

Depuis environ deux ans, j’ai de plus en plus de mal à aller à mon entraînement de fitness/musculation. Je ne sais pas si ça a un rapport avec la prise de médicaments, la schizophrénie ou si c’est une stratégie inconsciente d’adaptation.

Nous sommes allés durant plus de 20 ans avec ma femme à un club de fitness à Bremgarten, fermé maintenant pour cause de départ à la retraite des propriétaires. Chaque semaine, il m’était de plus en plus difficile de me mettre en route. C’est un sentiment étrange à décrire. On peut croire qu’une fois sur place, on y reprend goût en s’installant dans un rythme, mais ça ne marche pas ainsi.

Depuis novembre dernier, nous allons à un nouveau club, à Zufikon. Les équipements sont plus modernes et moins massifs, mais pas forcément mieux. Voici la dernière acquisition, le Milon circle, sensé mettre en forme en 17.5 minutes par tour de circuit avec une alternance de musculation et d’entraînement cardio.

IMAG0561

Au début, la nouveauté m’a séduit, mais maintenant, ça me gonfle déjà. Je trouve que l’effort cardio sur le Milon circle est pipeau, dans le sens où la montée en puissance sur le vélo par exemple prend deux minutes sur les quatre prévues.

J’ai touché un point bas voici deux semaines, lorsque j’ai préparé mes affaires le dimanche matin, avant de décider de ne pas accompagner ma femme au club. Les jours suivants, reports successifs, alors que pourtant le temps était beau et propice à sortir.

Une fois en semaine, j’y suis allé en mode relax. J’ai bien pris mon temps pour me préparer dans les vestiaires et entre les exercices. Programme un peu réduit. Je n’ai pas fait travailler les jambes ou les adducteurs, uniquement le haut du corps.

En général le dimanche matin je me réveille entre 6 et 7 heures, en forme et motivé pour y aller. Mais de rester au lit jusqu’à 9 heures en lisant ou non fait que je n’ai plus envie d’y aller. Je me sens bien, au chaud à ne rien faire au lit.

Autrefois, j’étais motivé de faire de la musculation pour améliorer mes performances au volley, puis quelques années plus tard pour compenser les efforts liés au tennis. Mon niveau au tennis a bien baissé suite aux hospitalisations de 2014 et 2015. Maintenant, moins d’intensité à l’entraînement étant donné que ma technique ne me permet plus de réaliser de longs échanges.

Bon, je termine cet article, étant donné que le fitness club est maintenant fermé pour quelques semaines et je me consacre à un article sur le Corona virus.

Loisirs·Manger et boire·Tennis·Vacances

Souvenirs de Croatie

Roberto, un de mes amis partenaire de tennis, m’a recommandé de passer des vacances en Croatie à l’occasion du tournoi ATP d’Umag, en juillet. C’est un tournoi du circuit principal de l’ATP doté de 250 points pour le vainqueur.

IMG_1428

Le gros avantage de ce tournoi, c’est que je peux assister aux matches et aux entraînements pendant que ma femme reste à l’hôtel ou à la mer. Comme spectateur, on peut d’ailleurs aller se baigner entre deux matches, ce qui doit être unique au monde.

Voici Gaël Monfils en action sur un court d’entraînement, numéro 9 mondial au moment où j’écris cet article. Gaël a d’ailleurs participé à la soirée d’élection de Miss Hôtesse Umag où il a fait le show avec un rappeur local.

IMG_1415

Les hôtesses sont plutôt sexy.

068

J’ai eu la chance de rencontrer Ivan Ljubicic, meilleur classement 3è à l’ATP et actuel co-entraîneur de Roger Federer dans un petit mais fameux restaurant près d’Umag lors de notre voyage en 2010.

126

Mes spécialités croates favorites sont le cochon grillé sous forme de barbecue géant, ainsi que le risotto aux mini coquilles Saint-Jacques.

En 2011, nous avons visité Ljubljana, capitale de la Slovénie, pays d’origine de mon premier psychiatre, avant de retourner à Umag. L’année suivante, nous sommes passés par Belgrade et Mostar, charmante ville de Bosnie, avant de faire un séjour à Bol, une petite île du sud de la Croatie, réputée pour son spot de winsurf/kitesurf.

IMG_1361

Sur notre chemin, nous avons visité les lacs de Plitvice, avec ses magnifiques cascades!

081

En février 2014, nouvelle crise psychotique et retrait de permis à titre préventif. La Croatie est restée au programme avec un vol Zurich-Split en été, une traversée en bateau vers l’île de Brac et un taxi vers Bol.

Terminons cet article par le souvenir d’un dîner sur la plage de Bol.

IMG_2741

Ainsi que du port artisanal d’Umag.

IMG_1460

Voici quelques liens utiles de blogs de sites de tourisme.

http://www.blogdesvoyageurs.com/

http://www.pointedumonde.com/

http://www.voyageonsautrement.com/

http://www.destinationsinsolites.com/

Loisirs·Musique et show

Concert du Nouvel An

Ma chorale a eu l’idée l’année dernière d’organiser le concert annuel après le Nouvel An.

Verres

Nous voici en pleine action le 13 janvier 2019. Comme c’était un succès, nous avons décidé de réitérer le concept cette année à la même date.

Une répétition générale début décembre a montré nos limites. Un morceau de Gershwin a dû être retiré du programme. Il est fondamentalement dissonant, donc techniquement plus difficile. Si on ne le maîtrise pas, ça donne une grosse impression de chanter faux.

Sommes-nous prêts pour un concert? Bonne question… Malgré de multiples répétitions,
il reste des hésitations. Difficile de regarder le dirigeant en même temps que les notes. Pour ma part, impossible d’apprendre un morceau par coeur, mes problèmes de mémoire me handicapent.

Chanter à un concert signifie rester debout pendant un total de plus de deux heures et demie. Le concert a lieu à 17h, mais à 15h, on répète tous les morceaux, entrée en scène comprise. Quelques femmes doivent s’asseoir de temps en temps, étant donné leur âge et/ou leur embonpoint. Pour ma part, ça va, un tout petit peu de mal au dos.

La répétition générale a eu lieu vendredi soir dans la salle du concert. Habituellement se fait une bataille assez animée pour les places sur l’estrade, ceci afin que tout le monde puisse voir Oscar, notre nouveau dirigeant, dont c’est le premier concert avec nous.

L1000361 Kopie

Le concert a lieu dans une salle polyvalente décorée par la chorale à l’occasion.

2-Tischdeko

L’entrée est gratuite, une collecte se fait à la sortie. Le public, soit environ 150 à 200 personnes, est gâté. Le concert est entrecoupé de morceaux de musique joués par un pianiste professionnel, accompagné par le dit pianiste et un joueur de djembé. Une animatrice s’occupe des introductions de morceaux.

En plus, les spectateurs reçoivent des gâteaux à manger, préparés par les membres de la chorale

Cette année, pas de neige au sol et températures pas trop froides, ça va.

Le concert s’est bien passé, tout le monde était soulagé…!