Blog·Loisirs·Manger et boire

Vacances à Schwangau et Munich

Ma femme travaille comme professeur de français à l’école primaire du village voisin. On doit donc respecter le calendrier scolaire pour nos vacances. Mais c’est une bonne chose, ça donne une structure à mon emploi du temps de l’année.

Mon fils a 30 ans mais actuellement pas de copine. Il était partant pour nous accompagner durant trois jours à Schwangau, où se trouvent les chateaux allemands romantiques de Neuschwanstein et Hohenschwangau.

Moins d’appréhension de mon côté pour ces vacances, bien!

Première halte en chemin dans un restaurant historique. Voici mon fils.

imag0420

Arrivée à l’hôtel à Schwangau en début d’après-midi, situé dans une zone résidentielle. Petit tour au lac du château en reconnaissance. Il fallait réserver les billets d’entrée à l’avance par Internet, mais on pouvait seulement les retirer le lendemain matin.

Très bel hôtel 3 étoiles supérieur, on ne se refuse rien… Superbe buffet de petit déjeuner et installation de wellness pour tous les goûts au sous-sol. Ma femme en pleine action…

imag0424

Visite de Hohenschwangau le matin, de Neuschwanstein l’après-midi.

imag0429

imag0453

Photo prise d’un pont piéton, la Marienbrücke. Assez stressant si on a eu des idées suicidaires… la balustrade n’est pas très haute, environ 1m30… sur un précipice d’au moins 50 mètres de haut…

On dépose notre fils à Kaufbeuren, presque sur la route de Munich. Arrivée tranquille à l’hôtel, assez fonctionnel. Facile de se garer dans le parking du centre commercial adjacent. Repas de midi assez tardif pris dans un bar à chats à Munich.

imag0455

Visite du jardin anglais, puis du musée Brandhorst.

imag0465

Le soir, restaurant japonais, avant de rentrer à l’hôtel.

Le lendemain, visite de Munich en bus à double étage avant de manger au Hofbräuhaus.

imag0478

Un litre de bière, c’est lourd…! Les locaux ont leur cruche en terre cuite dans une étagère à casiers fermée avec un cadenas. On est deux à boire… ça ira!

En route vers le musée Lenbachhaus, également d’art moderne. Incroyable de voir des oeuvres d’art avec des bas nylon remplis de sable…

imag0485

Repas dans un self du centre ville, où ma femme fait les magasins.

Le jour suivant, visite du château de Nymphenburg, où se trouve une impressionante collection de carrosses et de traîneaux.

imag0501

Repas traditionnel en face du château et continuation de notre périple en direction du musée juif, où se trouve une exposition temporaire sur les frontières.

imag0508

Le soir, retour au restaurant japonais Haguruma, où je reprends un plat à base d’anguille, mon péché mignon dans ces restos… On termine avec une glace aux trois parfums, thé vert matcha, au sésame et aux haricots rouges. Mmmh…!!!

imag0513

Retour sans histoire à Zufikon le lendemain avec halte à Bregenz.

J’avais quelques appréhensions au sujet de ma capacité à conduire et à m’orienter dans une grande ville, mais ça s’est bien passé. C’est une expérience positive de s’approprier un espace en le découvrant petit à petit.

Une sorte de « gueule de bois » s’est installée au retour. C’est grisant de faire ce genre de vacances, en partageant quelques photos sur Facebook où les amis accumulent les likes. Au retour il faut défaire les valises, ranger, s’accomoder de sa petite vie (trop) tranquille.

Maison·Manger et boire

La fête de la mirabelle

Le week-end dernier j’étais en Alsace pour rendre visite à ma famille. Mon père a bientôt 90 ans, ma mère a récemment eu 87 ans. Mon père va bien, mis à part son problème de surdité qui le handicape lors des discussions. Ma mère est étonnamment positive et volontaire. Elle fait encore un menu complet en cuisine.

Mon voyage se fait en train, bien que j’aie récupéré mon permis. C’est plus écologique, plus sûr et de toutes façons, j’ai du temps pour faire l’aller-retour Zufikon-Strasbourg sur le week-end. Ma soeur vient me chercher à la gare.

Le samedi après-midi, mon frère vient prendre le dessert avec l’un de ses fils. D’habitude il reste manger le soir. L’autre fils ne vient plus depuis plusieurs années. La concubine de mon frère reste à distance, tout comme ma femme d’ailleurs.

Cela me fait plaisir d’aller voir ma famille. Ils sont aux petits soins concernant mon régime sans gluten. On a eu une interruption de la communication pendant plusieurs années à un moment, sur les conseils de mon psychiatre, mais ça a servi à les faire changer.

Voici une photo de ma mère en chemise de nuit en 2017 en train de m’aider à résoudre mes problèmes de télécoms en vue de vaincre les forces obscures de la mafia.

IMAG1866

Et voici mon père en 2017 avec une chemise à moi.

IMG_3525

Mon principal souci, c’est le risque de s’ennuier. Pendant le trajet, je m’occupe en écoutant de la musique. Je trouve que ça va bien avec le voyage en train. Eventuellement, je prends un livre. Une fois sur place, on est bien occupés avec la mangeaille. Apéro riche, entrée, plat de résistance et desserts, à la fois les tartes de ma mère et les gâteaux de ma soeur. Cette fois-ci tarte à la mirabelle le samedi et tarte à la mûre le dimanche, fruits maison, pâte sans gluten achetée parce que presque impossible à faire soi-même.

Le samedi après-midi on fait rapidement les courses avec ma soeur, fromage français, andouillette et quelques produits sans gluten. Parfois, maquillage et livres pour ma femme.

Le soir, nous sommes allés au restaurant où j’ai mangé des moules. Voici une photo de 2017 avec un plateau de fruits de mer.

IMAG1855

Le dimanche matin, j’ai eu droit à mon habituel petit déjeuner complet servi par ma mère. Ensuite, je suis allé me recoucher pendant une demi-heure avant de partir faire une promenade dans la forêt.

imag0270

Ces dernières années je suis allé à l’église le dimanche matin avec mon père, mais il n’y va plus étant donné qu’il a du mal à marcher maintenant.

Dimanche midi, de nouveau apéro riche et menu complet, mais alors vraiment complet, même la chantilly pour accompagner le café ne manque pas!

L’après-midi, ma soeur m’emmène habituellement voir des animaux domestiques dans un parc à Illkirch. Cette fois-ci nous sommes allés à la fête de la mirabelle à Dorlisheim. Sept chars décorés avec des fleurs et autant de fanfares ou autres groupes musicaux. Vente de mirabelles fraîches, de tarte aux mirabelles, de punch aux mirabelles.

imag0395

Retour à Illkirch pour le repas du soir avant de repartir à la gare de Strasbourg avec les courses.

 

 

Loisirs·Manger et boire·Musique et show

Visite de ma soeur

Ma soeur Chantal nous rend visite tous les ans autour du 1er août, date de son anniversaire et de la fête nationale suisse. Aparssa, elle ne va pas en vacances, elle reste à Illkirch en Alsace. Elle vit seule dans un appartement, mais a pas mal d’occupations. Pour nous, sa visite est l’occasion d’apprécier ce que nous pouvons avoir au quotidien en Suisse.

Le programme de cette année a commencé avec une représentation d’un théatre amateur plutôt professionel à Windisch. Une pièce où l’acteur principal est arrivé au triage après sa mort d’un accident de voiture. On lui a permis de revenir sur terre durant 24 heures à la condition de dire la vérité. S’ensuivent des discussions animées avec sa fiancée et son père, coupable d’avoir été au volant avec sa maîtresse.

imag0357

Le matin suivant nous avons fait un tour du lac d’Hallwyl en bateau, en rajoutant une escale d’une station pour revenir à pied. Le chemin doit être plat. Voici quelques années, Chantal a glissé lourdement dans une côte et il a fallu l’amener à l’hôpital.

imag0358

Petit resto à Meisterschwanden Delphin avec vue sur le lac d’Hallwyl et ma femme Isabelle, avant d’attaquer la promenade à pied d’environ 20 minutes.

imag0364

Retour à la maison où nous avons visionné un film avant d’aller à Bremgarten pour les discours et animations de la fête nationale. On a été accueillis par des cors alpins. Le discours du 1er août a été tenu par une jeune femme de 21 ans ayant eu l’honneur d’être un mois avec la CEO suisse d’Adecco, une grosse agence de travail temporaire, donc CEO for one month. Mon fils Marc faisait partie du club de tennis de table, responsable de la restauration lors de cette fête.

imag0366

La soirée s’est terminée sur un beau feu d’artifice lancé d’un pont sur la Reuss.

Le lendemain matin, nous sommes allés à Rapperswil, où nous avons visité les fortifications et un musée polonais après un bon repas dans un restaurant italien.

imag0372

Mon fils s’est acheté un beau chapeau. Il devra le mettre une fois par mois dans la salle de bains pour qu’il reste souple.

imag0375

Retour à la maison avant le retour en Alsace de ma soeur, contente de son séjour.

Loisirs·Manger et boire·Musique et show

Excursion avec la chorale à Arbon

L’excursion annuelle avec la chorale génère quelques peurs, un peu comme avant le départ en vacances, voir Je n’aime pas aller en vacances

Essentiellement :

  • Le bus

Avec qui vais je m’asseoir dans le bus, vais-je me retrouver tout seul à me morfondre que personne ne veut de moi, ou coincé à essayer de discuter avec une personne que je connais peu?

Vais-je avoir de la place pour mes jambes? Je mesure près de deux mètres.

  • Les discussions

Vais-je déserrer les dents de la journée?

  • Partir tôt

Les Suisses aiment partir très tôt le matin…

  • Manger sans gluten

Eh oui, j’ai une maladie coeliaque en plus de la schizophrénie. En temps normal ça ne me pose presque aucun problème. Mais il faut respecter le régime sans gluten lors de l’excursion.

En résumé, cette excursion s’est très bien passée. Parfaitement organisée. Nous sommes partis vers 7h30 de Rudolfstetten avec un bus spacieux de 36 places. André s’est assis à côté de moi à l’aller. Il prend régulièrement le train avec moi pour aller aux répétitions et connait mes problèmes de santé. Devant nous, Kurt et Norbert, tous deux ténors comme moi. Kurt est mon voisin aux répétitions et me connaît bien.

Première étape : café en route dans un restaurant. Pas de croissants sans gluten, mais j’ai mangé un petit paquet de chips pour compenser.

Deuxième étape : visite de la société A. Vogel à Roggwil, un fabricant de produits de santé à base de plantes, société indépendante de la Big Pharma selon les désirs du fondateur, mort de vieillesse à 94 ans. La production n’était pas active le samedi, mais la présentation par une médecin naturopathe était excellente. Et voici votre serviteur au milieu des plantes composant le produit phare, l’Echinaforce, contre les refroidissements.

imag0383

Pendant ce temps, un autre groupe a visité la société Möhl, fabricant de jus de pomme et de cidre.

Puis nous sommes allés en bus à Arbon pour le repas de midi. Les choristes sont pour la plupart plus vieux que moi, certains pourraient être mes parents, alors que j’ai moi-même 56 ans! L’avantage est qu’ils comprennent mes problèmes de maladie coeliaque et les prennent avec bienveillance.

Après le repas, visite à pied d’Arbon en petits groupes, sympa.

imag0384

Ensuite, départ en bus pour la ville d’Appenzell sur le chemin du retour. André est parti s’asseoir à côté de son épouse, mais Kurt s’est assis à côté de moi. Quand on voit les gens seulement une journée, le problème de la conversation est moindre.

Visite d’Appenzell. Bon marketing, pas mal d’asiatiques là-bas.

imag0387

Puis retour à Rudolfstetten en compagnie de Kurt. Je prends goût au voyage en car, le paysage et les sorties d’autoroute défilent et me rappellent de bons souvenirs.

 

Loisirs·Manger et boire

Vacances à la Marianne

Je suis de retour après une semaine de vacances réussie, alors que je l’appréhendais (Je n’aime pas aller en vacances).

La Marianne est la maison de vacances de la grande famille de mon ami Alain, située à Casalzuigno en Italie du Nord, à 20 kilomètres à l’intérieur des terres par rapport au Lac Majeur. Voici la maison ainsi que la splendide vue sur les montagnes.

imag0293

imag0295

Elle se situe sur trois étages. Normalement, chaque étage est occupé par une famille. Alain a une soeur et un frère. Le beau-frère est médecin généraliste. Le frère a bien réussi dans le BTP mais vit seul, son ex-femme ayant eu des psychoses. Cette année, il a décidé de louer une villa avec vue sur le lac pour inviter ses nombreux amis. C’était donc plus tranquille, je prèfère comme ça.

Chez mon ami Alain, je me sens comme en famille. On se fréquente depuis 30 ans comme amis de l’école d’ingénieurs, mais on s’est connus la première fois à l’école maternelle d’Illkirch en Alsace. Alain est cultivé, prévenant, pas compliqué pour les repas et plein d’attention pour mon régime sans gluten. Sa nouvelle compagne est une végétarienne fanatique. On a eu droit aux discussions sur les abattoirs et les animaux maltraités le matin au petit déjeuner…

C’est Alain qui fait le programme et ça nous convient bien. Visite du marché de Luino avec nos femmes le lundi. Rien de très intéressant, mais ça fait une sortie en terminant avec un apéro au bord du lac.

imag0283

imag0284

Prochaine journée sortie à Laveno, située au bord du lac, où on trouve les fameuses glaces italiennes.

imag0287

Le matin nous faisons habituellement une promenade vers le village voisin avec ma femme, où nous buvons un latte macchiato dans un bar. L’après-midi un apérol spritz.

imag0296

Pour la baignade au Lac Majeur, nous partons en fin d’après-midi, vers 16h. Etonnant de constater qu’il y a relativement peu de monde au lac en fait. Personne à 10h du matin.

imag0345

Habituellement, nous mangeons au restaurant tous ensemble, avec la famille de la soeur d’Alain. Cette fois-ci dans un restaurant au bord du lac avec pizzas sans gluten.

imag0307

Un soir nous sommes allés à Laveno pour un concert de la musique municipale.

Ensuite, Alain a proposé une sortie au Lac de Côme pour visiter la villa Balbianello à Lenno assortie d’un bon pique-nique.

imag0312

Cette belle semaine se termine par une baignade au Lac Majeur le matin du retour et des achats au supermarché italien pour ramener des souvenirs. À noter que j’ai pû conduire cette année, puisque les autorités m’ont permis de récupérer mon permis après un examen médical convaincant.

J’apprécie plus particulièrement dans ces vacances le fait que je m’adapte au rythme de vie des autres, avec un programme intéressant mais pas surchargé.

Loisirs·Manger et boire

Vacances à Beaune

Ma femme travaille à temps partiel comme professeur de français à l’école primaire du village voisin. Pour elle, les vacances sont de vraies vacances, source de régénération, de compensation des efforts fournis au travail et de découverte du patrimoine culturel.

Pour moi, les vacances sont plutôt une source de stress avant le grand départ. Je me sens déraciné dans mes habitudes, inquiet du chamboulement, incapable de me réjouir à l’idée de partir. Pourtant, quand je travaillais, les vacances me faisaient rêver plusieurs mois à l’avance.

Cette année ma femme a proposé de passer quelques jours des vacances de Pâques à Beaune, située à 3 heures et demie de chez nous. Comme je n’ai pas encore récupéré le permis de conduire et que ma femme n’aime pas conduire trop longtemps, il faut restreindre notre rayon d’action.

Première étape, les Hospices de Beaune.

IMAG0152

Il pleut un peu mais la majeure partie de la visite se fait à l’intérieur.

Ensuite, nous prenons possession de notre appartement idéalement situé au centre-ville. Accueil très sympathique par le propriétaire, un ingénieur à la retraite.

IMAG0169

Notre hôte nous a donné quelques conseils de restaurants et de promenade. Le lendemain matin, sortie à pied à l’étang de la Bouzaize. Beaucoup de vent ce jour-là, le parc était fermé, mais c’était magique de voir le sol jonché de pétales.

IMAG0179.jpg

L’après-midi était réservé pour une sortie en 4×4 dans le vignoble. Voici une photo de notre guide, qui nous a expliqué les spécificités du vignoble bourguignon.

IMAG0195

Visite de cave

IMAG0200

Le lendemain, sortie à Dijon. Pratique de prendre le train direct depuis Beaune. Puis retour à Beaune, où se trouve une peinture rappelant la Grande Vadrouille, filmée non loin de là à Meursault.

IMAG0207

Finalement le parc de la Bouzaize a été ouvert et nous avons pu rattraper notre promenade. Nous terminons notre séjour par la visite du marché, puis un restaurant japonais et nous rentrons à Zufikon sous une légère pluie.

IMAG0224

 

Loisirs·Manger et boire·Musique et show

Vacances à Ajaccio

L’année dernière nous étions à Nice en vacances. Cette année (juillet 2018) nous avons organisé des vacances similaires à Ajaccio. Le concept de vacances en centre ville et à la plage nous convient bien en ce moment. J’ai peur de m’ennuier en cas de vacances à la mer.

Comme je n’ai plus mon permis depuis ma crise psychotique d’août de l’année dernière et que ma femme ne peut pas conduire de longs trajets, nous avons pris un vol Easyjet de Bâle vers Ajaccio.

IMAG2644

Les voyages en avion me stressent un peu. J’ai peur de faire une erreur d’appréciation et de rater l’avion. Nous sommes partis assez tôt pour éviter tout problème. Moyennant un petit supplément nous avons pris des sièges avec davantage de place pour les jambes.

Après un vol sans histoire nous avons pris un taxi vers l’appartement situé dans la vieille ville. Le chauffeur était très loquace, il pourrait être guide touristique.

Une fois arrivés à l’appartement, il a fallu monter les valises dans un escalier raide et étroit. Pour déjeuner, nous sommes allés à un restaurant situé au pied de l’appartement où nous avons mangé des sardines grillées.

Vers 16h nous sommes allés à la plage du centre-ville, située à quelques minutes de l’appartement. Etonnamment peu de monde en général, mis à part les jours oû les bateaux de croisière déversent leurs touristes, reconnaissables à leurs serviettes identiques.

Les autres jours, nous avons pris le bus pour aller aux plages situées plus loin.

IMAG2654

Le soir, nous nous sommes promenés le long de la jetée et nous avons vu qu’il y avait un tournoi de foot-volley. Ce sport d’origine brésilienne se joue sur un terrain de beach-volley en deux contre deux. Seul le contact avec les bras est interdit. L’engagement se fait au pied, sur une petite butte de sable. La réception de la balle se fait sur la poitrine, suivie d’une passe de la tête de l’autre joueur et l’attaque se fait de la tête, voire en ciseau avec les pieds pour les plus forts. En fait, il s’agissait d’une étape du circuit de championnat du monde. Les matchs se sont étalés sur plusieurs jours, la finale a eu lieu un dimanche, opposant deux équipes brésiliennes.

footvolley

Les soirs suivants nous sommes allés à des concerts de musique corse. J’adore ce style de musique chevrotante.

Musiciens

Enfin, nous sommes allés au marché presque tous les jours.

Olives

 

 

 

 

 

Loisirs·Manger et boire·Randonnées

Une journée au ski à Engelberg

Partir faire du ski en plein hiver représente un véritable effort. Se lever tôt, partir dans le froid, prendre le train, monter sur les pistes, prendre le risque de se blesser en tombant. Mais le soir au retour, je suis content de l’avoir fait.

Ma journée commence à 6 heures et demi. Pas besoin de réveil avec Abilify… Je sors de la maison à 7 heures et quart les mains libres, étant donné que j’ai décidé de louer le matériel de ski à Engelberg. Comme je n’ai pas le droit de conduire actuellement suite à une crise psychotique en août 2017, je suis dépendant du train. Deux heures et demie pour le trajet aller avec trois changements, idem au retour.

imag0104

C’est trop chiant de trimballer mon propre équipement. En plus, je préfère louer des skis de 1m70 de long au lieu des skis dans ma cave qui font 1m95. Maintenant on skie avec des skis plus courts qu’autrefois, ça permet de mieux tourner. Le ski plus court accélère moins après le virage, ce qui m’arrange vu mon niveau moyen-moyen.

La première étape de mon périple est la gare de Lucerne. Etant donné que j’ai 45 minutes de battement entre les trains ça me laisse le temps de passer au Tibits, un self-service végétarien où je consomme quelques champignons, de l’oeuf brouillé accompagnés d’un petit pain sans gluten et d’un latte macchiato avec vue sur les voies.

imag0102

Ensuite, en voiture (de train) pour Engelberg! Train plutôt touristique.

Arrivé à Engelberg, je me rends à pied à la station de location de skis. Habituellement peu d’attente et bien servi par le personnel sympa. Skis d’1m70, chaussures 31.0 (350 mm), bâtons d’1m30. Pas besoin de m’encombrer à trouver un casier pour mes chaussures que je laisse là-bas.

Pas besoin d’acheter la carte journalière de ski à la station, ça a été fait le soir avant depuis mon ordinateur. Chargé sur mon Swiss Pass, cette carte magique… C’est l’abonnement général de train à tarif réduit pour les handicapés et cette carte magnétique peut également être utilisé comme forfait de ski.

kartenbild_swisspass

Le voyage aller est stressant, dans le sens où j’ai l’impression d’aller à l’abattoir…
Je m’explique… Je ne suis pas doué en sport étant donné que lorsque j’étais jeune, je ne pouvais pas en faire à cause d’une anémie en fer et en protéines, sans doute dues à la maladie coeliaque pas encore détectée. Les séjours en clinique psychiatrique de 2014 et 2015 ont réduit mes capacités de coordination. Faire du ski est donc un exercice à risque, puisque je skie plutôt mal, bien que j’en fasse depuis plus de 30 ans. J’ai peur de me blesser et de devoir arrêter de m’entraîner au tennis pour quelques mois…

La location du matériel se fait rapidement et je me retrouve bientôt dans la cabine.

imag0084

Aujourd’hui j’ai décidé de prendre un cours de ski avec un moniteur. Rendez-vous à 13h10 au Jochpass. Repas à 11h20, rösti au saumon et sauce au raifort, comme d’habitude.

imag0098

Petit échauffement sur les pistes en attendant le moniteur. Dur dur aujourd’hui, pas vraiment mon jour. Peur de tomber, le ski qui broute après le virage dans les pentes plus raides. Stress pour prendre le télésiège.

Petite pause café au restaurant, café avec alcool et crème fouettée.

imag0100

Un peu de peine à retrouver mes skis au milieu de l’amoncellement et c’est parti pour rencontrer le moniteur, reconnaissable à son pantalon noir et sa veste orange. Il me guide doucement pour améliorer mes sensations sans me faire faire des exercices casse-cou du style skier sur une jambe. Très bien. Il m’explique comment glisser avec les skis à plat, en utilisant le poids du corps pour tourner en gardant le contact du tibia avec les chaussures. La piste rouge me semble soudain bleue. L’heure est vite passée. C’est le moment de mettre ça en pratique pendant une heure, puis de redescendre dans la vallée.

Voici la vue au Jochstock:

imag0099

Voici la vue une fois arrivé en bas:

imag0085

Et la gare de Lucerne avec de la décoration pour le carnaval:

imag0106

Me voilà movité pour revenir bientôt!

Aliens·Blog·CIA·Développement personnel·Engagement social·Manger et boire·Musique et show·Scientologie

La CIA cuite à la mode taïwanaise

 

Pour changer voici une petite recette de cuisine exotique.

Pourquoi à la mode taïwanaise? Parce que mon mobile HTC vient de là-bas… Mais également parce que la cuisine de ce fabuleux pays signifie de cuisiner au bouillon (idéalement dans son propre jus) la CIA en en faisant de petites bouchées.

Voici une photo des principaux ingrédients :

20170903_052505

Il vous faut :

  • deux téléphones mobiles
  • deux ou trois cartes SIM de différents providers suisses
  • une aiguille
  • un ordinateur silencieux
  • un passeport
  • des médicaments antipsychotiques
  • de l’aide parapsychiatrique
  • une souris

L’utilité d’avoir deux téléphones mobiles est de pouvoir faire des vidéos ou des enregistrements avec le deuxième pendant que le premier tourne. Par exemple une vidéo du Helpdesk de Sunrise montrant à quel point va la manipulation de la CIA avec le soutien actif des services secrets suisses.

Sunrise a spécialement pour moi retiré l’option de soutien technique n°4 du dernier menu, ce qui me laisse seulement les options de blocage de numéro, de demande de code PUK et d’activation de carte SIM.

Ce qui est amusant, c’est de voir qu’au lieu de Sunrise c’est Swisscom qui s’affice. Ceci est bien entendu dû à l’insertion d’une SIM card de Swisscom…

Les Créateurs de l’Univers m’ont bien expliqué ce que je dois faire, et j’ai bien retenu la leçon. Pour chaque erreur de ma part, la CIA et les services secrets suisses se découvrent un peu plus… et ils s’enfoncent encore et encore dans les sables mouvants…

Certains d’entre vous se demandent peut-être pourquoi je ne connais pas la peur face au syndicat mondial du crime… (eh oui, 9/11 est un crime commis par la CIA). Les deux Créateurs de l’Univers me protègent. Ils sont en mesure de déclencher de graves maladies (double tumeurs, etc…), certaines sont vraiment pénibles. Olé, olé, olé olé!

Le fait d’avoir plusieurs cartes SIM permet de rendre fous les hackers de la CIA lorsque on les permute d’un appareil à un autre. La précieuse aiguille sert précisément à ça.

L’ordinateur silencieux permet de faire des « poum-poum » ou des « radada », c’est à dire des coups de fusils (ou de canon…) dans le mur (le firewall) de la CIA. Il est également précieux pour faire des captures d’écran (en format .bmp) des sites web trafiqués, en guise de preuves irréfutables et de moyens de pression de ma part.

Le passeport sert à acheter les SIM cards chez Salt et Swisscom (avec l’autorisation de séjour en plus pour les étrangers). Il est utile pour passer la frontière afin de se rendre compte du hacking par d’autres partenaires du vaste et funeste programme de la CIA, soit SFR par example…

Les médicaments anti-psychotiques me permettent de tenir le coup face à la pression psychologique des menaces de la CIA et de leurs acolytes. En fait, la CIA veut provoquer chez moi une crise psychotique afin de me faire interner à l’hôpital psychiatrique de Königsfelden à Windisch/Brugg.

Exemple : ils ont semé ou fait semer des noisettes dans mon gazon. Nous avons certes un noisetier, mais il est sauvage et gènère très peu de noisettes. S’il en tombe dans le gazon, c’est avec la calotte, pas les noisettes ramassées comme celles-ci. En plus, ce n’est pas encore la saison…

20170903_060857 (1)

L’aide parapsychiatrique me sert à communiquer par télépathie avec mon camp, mais aussi avec les Aliens. Je me tais sur les détails, étant donné que tous ces outils de communication ou de manipulation sont de vraies armes, donc classées « secret défense*.

La souris n’a l’air de rien, mais pas de bras, pas de chocolat.. La CIA est actuellement encore en mesure de me couper le son au travai chez Ferrum ou de m’agacer la coupure de mon réseau téléphonique. Pas grave, pendant ce temps je découvre de faire quelque chose d’encore plus intéressant et d’ennuyant pour eux.

Leur plan est de contrôler la planète et ensuite l’Univers avec des robots. Ils prévoient de rajouter un peu de substances psychotiques aux aliments de base (blé, sucre, …) pour mieux manipuler la population. La CIA a mis en place une sorte de Darknet mais qui ressemble comme deux gouttes d’eau au vrai Internet.

20170903_061033

Là aussi, secret défense…!!!

Aliens·Blog·CIA·Développement personnel·Engagement social·Manger et boire·Musique et show·Scientologie

Journée de Social BPM for Aliens

Pas mal occupé aujourd’hui!

Levé vers 6h je commence par classer mes photos. La magie s’opère sur mon mobile HTC, puisque je peux télécharger un fond d’écran magnifique avec des dessins d’animaux. Le top c’est un symbole de coeur qui permet d’accéder à l’appli SBB/CFF, qui se fond dans l’écran!

Ensuite, vers 9h je me mets en route pour Lenzburg, où je peux récupérer ma belle housse d’ordinateur à la RBL (RegionalBus Lenzburg). Il faut dire que la Suisse a autant d’entreprises de transport indépendantes que la France de fromages, soit entre 200 et 300, mais tout ce beau monde travaille parfaitement ensemble, c’est transparent pour l’utilisateur.

Housse

En arrivant à Lenzburg je m’oriente instinctivement vers une rue où se trouvent deux magasins très intéressants pour moi, une société de docteurs de mobiles et une entreprise d’appareils auditifs. Cela tombe bien, j’ai des questions concernant la visibilité des applis sur mon mobile ainsi que des doutes quand à mes canaux auriculaires, normalement à nettoyer tous les ans par un spécialiste HNO (nez-gorge-oreilles).

Seats in front of shops

La docteresse en mobiles m’explique que je dois simplement classer mes applis par ordre alphabétique. Pile poil, ça me suffit. Etonnant, lorsqu’elle appuie sur le coeur magique, il ne se passe rien, ce qui veut dire que la surface de mon mobile reconnait ma peau, sans qu’un verrouillage soit apparent.

La dame du magasin d’appareils auditifs me reçoit gentiment. Le test auditif est gratuit! Mais après avoir examiné mes oreilles, ce n’est pas la peine il faut que j’aille chez l’HNO. Je prends donc rendez-vous lundi matin avec l’HNO puis juste après avec la dame.

Il est temps d’aller à la RBL. En fait, c’est de l’autre côté de la gare de Lenzburg. Google me guide parfaitement jusqu’à destination.

Kafikasse Lenzburg

En fait un bus a moins de PS qu’une Formule 1, entre 300 et 360 contre 400 à 600 pour les F1. Mais pour le bus, ce qui compte c’est le couple, d’ou le moteur diesel. Mon sac est là, mais il faut montrer patte blanche, c’est à dire une pièce d’identité, parce que dedans se trouve un formulaire des impôts…

La RBL est tout prêt d’un point de force (Kraftort) sur l’autoroute A1 Berne-Zurich. C’est l’endroit idéal pour reprendre contact avec les Aliens, ce qui marche étonnament bien.

On voit dans cette vidéo amateur qu’un vaisseau ou une planète bleue sort du soleil et y rentre de nouveau, tout comme je l’avais filmé le 14 novembre 2012. Mes amis sont donc bel et bien tout près de nous.

Il est temps de rentrer à Zufikon afin de repartir en voiture vers Schinznach Bad, où je prends mon cours de tennis à 13h. Ma Citroën C4 semble avec un moteur plus puissant que de série… super, ça me plait de donner plein gaz, tout en respectant les limites de vitesse. Etrange, à un moment il me semble que l’indication de vitesse ne correspond pas à la vitesse réelle. Soudain, une véritable angoisse m’envahit… Ce sont les forces sombres… Ils ont donc essayé de m’endormir ce matin avec le joli design sur le HTC pour mieux me piéger! Je réponds à la menace par la menace, en conduisant presque dangereusement sur la voie de gauche, ce qui veut dire, si je me suicide, personne ne pourra sauver le monde et vos enfants ou petits-enfants en souffriront. J’arrête donc de regarder le compteur et je me fie à mon instinct pour la vitesse.

J’arrive presque à l’heure pour mon cours. Pas de réception mobile dans le vestiaire, c’est parait-il normal… bizzare. Je bois deux litres d’eau d’un coup, comme ça par instinct. À la clinique, je buvais parfois six litres d’eau par jour quand j’étais psychotique.

Une fois sur le court, je raconte mes péripéties à Jarda, qui m’écoute en me prenant au sérieux. Je sens que le problème est plus grave que les humains s’adonnant aux sciences occultes ou à la Scientologie. Les hommes invisibles se sont également pris au jeu des forces maléfiques. Je me dis qu’il faut prendre les choses avec humour. J’essaie le challenge ou on pose une bouteille en plastique sur la raquette et il faut la rattraper dans la même position. Stanislas Wawrinka y arrive trois fois de suite. C’est plus dur parce que ma bouteille est à peine remplie. Et pourtant… j’y arrive…! Après environ six essais. Jarda essaie et y arrive au bout de quatre essais. Normal, il était classé numéro 77 en République Tchèque, donc semi-pro.

Quand je lui raconte que j’ai l’impression que l’un des créateurs de l’Univers influe sur la trajectoire de mes balles, il dit quelque chose de fascinant. Jarda a observé que les balles de Nadal ont une trajectoire avec un sommet APRÈS le filet, donc normalement ces balles sortent. Nadal aurait-il le soutien des forces sombres pour gagner…?

Je sens que l’entraînement sera perturbé par les lutins ayant sombré dans les forces noires. Je prends une bouteille d’eau de 50cl dans la main gauche pour jouer. Je .me rappelle que les bons lutins aiment ça, quand je prends une bouteille dans la main droite. Là, il faut changer de main. Pas facile de jouer comme cela. Je pense à l’exercice de la New School of Tennis, où il faut jouer 100 fois au-dessus du filet. Ma technique est catastrophique, mais la balle atterit de l’autre côté. On compte ensemble et on arrive à maximum 15 balles, ce qui est toujours mieux que mon tennis voici une année…

Les lutins des forces sombres semblent se décontracter. Bien!

Une fois l’entraînement terminé, je passe au club où je peux manger un bon petit plat fait par la patronne.

Food at tennis Club

Je termine ma visite en lui demandant si elle servirait Donald Trump, elle acquiesce. Et je lui dis que j’inviterai également Roger Federer, ce qui la ravit, car elle ne l’a encore jamais vu en personne.

Il est presque 17h, le temps d’aller au Kurhotel de Schinznach Bad où joue un pianiste allemand. On sert de petits apéritifs gratuitement, mais seulement aux clients de l’hôtel. Ce qui me motive spontanément à réserver une chambre…!!!

Food at Kurhotel

Après un bon repas végétarien au restaurant de l’Aquarena, je rentre ä la maison avec la C4 pour repartir en train via Wohlen-Lenzburg-Rupperswil. Arrivé à la maison, j’ai juste le temps d’aider mon épouse à écrire des e-mails pour l’ISZL, une école d’élite où les frais de scolarité se montent à plus de CHF 20’000.- par an, mais top formation. Ma valise est déjà prête… Je ne pouvais pas aller en Italie, je ne l’avais pas rangée.

Retour au Kurhotel de Schinznach Bad, où chance, ils ont une chambre pour moi.

Et voilà, je finis la soirée en écrivant comment ma journée s’est déroulée.