Développement personnel·Loisirs·Musique et show·Tennis

L’année 2022 en rétrospective

En relisant L’année 2021 en rétrospective , je constate que j’ai déjà mis la barre bien haute en 2021 !

Eh bien force est de constater qu’en 2022, ça a continué dans la bonne direction…!

Le coaching reste un élément essentiel dans ma vie. J’ai entretemps arrêté les séances de coaching de développement personnel, n’en ayant plus besoin. Le coaching tennis continue de plus belle avec Petar, mon nouvel entraîneur à la TAD et Jarda comme précédemment. Le piano et le piano-chant deviennent une passion atteignant le niveau du tennis, ce qui n’est pas peu dire !

Ce qui est nouveau en 2022, c’est le coaching spécifique pour le chant. En mai, on a commencé « The Show must go on » de Queen en piano-chant (accompagnement piano en chantant) avec ma coach franco-suisse. Là, grosse révélation, je me suis rendu compte que Freddy Mercury avait une tessiture assez haute… En juin, j’arrivais péniblement à chanter (ok, le verbe correct est plutôt « sortir »…) le si aigu de « Show » parfois le matin, mais pas le soir. Je « chantais » les phrases « does anybody » etc.… en alternant voix de poitrine et voix de tête. Ma femme n’aimait pas, mais avec le recul, je dois avouer que c’était assez affreux…

Le découragement n’est pas le genre de la maison. J’ai donc recherché en allemand sur Google comment chanter plus haut. Je suis tombé sur les vidéos de Martin Selle, un Munichois. Certaines de ses vidéos ont 200’000 vues. Je me suis inscrit à un cours d’essai (payant, mais à tarif réduit), curieux de voir s’il allait venir en personne. Cool, c’était bien lui ! J’avais un peu le trac qu’il me dise à la fin que mon niveau était insuffisant pour ce genre de cours. La seule condition, c’est apparemment d’être motivé et là, pas de souci !

J’ai donc commencé à faire des exercices de chant. Avec mon nouveau smartphone Google Pixel Pro 6, acheté grâce à mon fils (il m’avait légèrement bousculé au printemps en mettant son manteau, ce qui a entraîné la mort subite du précédent), j’ai commencé à enregistrer les séances de coaching pour les passer en revue tout en marchant dans la forêt, dans le quartier, le long de la rivière ou au lac, parfois devant des vaches… J’étais fasciné par cette impression de liberté. Mes nouveaux écouteurs Bluetooth de Bose sports fonctionnent à merveille. Il suffit d’emporter cette petite boîte bleue en plus du smartphone et c’est parti !

Le chant est passé d’une occupation à une passion. Pourtant, ça faisait déjà 7 ans que j’étais membre assidu de ma chorale à Rudolfstetten. Mais je ne m’étais jusque-là jamais posé la question de la technique de chant, ignorant même la notion de voix de tête par exemple. On n’est plus que 2 ténors hommes (+ une femme à la voix devenue plus grave, mais affaiblie), puisque notre 3è ténor avait malheureusement eu un sérieux accident en tombant d’une échelle voici deux ans. Pour compenser, la présidente de la chorale m’avait demandé lors de la dernière excursion de la chorale en août 2021 si je pouvais chanter plus fort… Elle m’a dit que j’ai une belle voix, mais pas assez sonore.

Au bout de quelques semaines, donc assez rapidement, mon volume sonore a augmenté grâce aux séances de coaching. Les femmes du registre alto à ma gauche ont été étonnées ! Il y a trois ans, j’entendais mon voisin chanter plus fort que moi. J’étais peu sûr de moi pour entonner correctement. Maintenant, c’est le contraire 🙂 À souligner qu’il a malheureusement eu une attaque cérébrale cet été dont il ne s’est sans doute pas complètement remis.

Ma chorale vieillit et aucune relève en vue. C’est une perspective un peu déprimante… En faisant régulièrement des exercices, je pense parfois atteindre le niveau pour devenir le chanteur d’un groupe de musique amateur. Bon, c’est juste une idée, pas de pression… Je découvre un nouveau monde grâce à Internet en utilisant l’application Smule par exemple. Ça permet de faire des solos ou des duos accompagnés de musique. Encore une bonne chose découverte en 2022 ! Et voilà le résultat en septembre : https://www.smule.com/recording/emmanuel-moire-sois-tranquille/2321849636_4470886921?channel=Copy-Link

Bien sûr, on peut toujours faire mieux ! Et fin 2022, ça a encore bien progressé !

Chanter me donne ce sentiment de « Party ohne Ende », c’est à dire de fête sans fin. Je suis mieux connecté à moi-même. Je redécouvre les émotions de la musique, étouffées durant plusieurs années par les neuroleptiques. Je prends de nouveau du plaisir à écouter de la musique en route dans le train par exemple. Je chante même en guise de préparation mentale avant les tournois de tennis !

Et voilà mon nouveau sac à dos avec mes loisirs préférés, fait et peint à la main en Alsace.

Bon, le tennis passe visiblement en deuxième place en 2022… c’est pas mal, dans la mesure où entre 2014 et 2016, je croyais que c’était définitivement mort ! Mes objectifs pour 2021 ont été partiellement atteints. J’ai participé régulièrement à des tournois, en gagnant un match de façon régulière au bout d’un combat de deux heures (adversaire niveau bon R8) et un match WO par abandon d’un joueur s’étant blessé en voulant sauver une bonne balle d’attaque de ma part. Plus quelques autres résultats honorables genre 3:6 5:7 contre des joueurs classés R7.

J’ai fait exactement un entraînement avec mon ancienne équipe du TC Bremgarten, en remplaçant un joueur ayant mal au dos ce jour-là. Petite anecdote marrante… le joueur un peu handicapé est venu en spectateur en fin du match d’entraînement alors que je jouais en double contre son frère jumeau. Il a claironné « faute de pied » sur un de mes services au jeu décisif final. Cela ne se fait pas à notre niveau, où les fautes de pied sont plutôt la norme… Pas fair-play. J’avais encore un service sur le partenaire du jumeau. Ace… et question lancée au spectateur : « et là, il y avait aussi faute de pied ? »… Trois balles plus tard j’ai conclu sur un bon smash en guise de balle de match. Soirée réussie, mais niveau encore insuffisant au goût du capitaine.

Qu’à cela ne tienne, je fais de nouveau partie du club de tennis de Bremgarten. J’ai pu m’entraîner régulièrement le mercredi midi avec Beat, de niveau bon R7, voire R6. Beat est ce qu’on appelle un « Querdenker », sceptique mais bon vivant. J’ai aussi participé au tournoi annuel du club en août. Perdu quatre matches en une semaine, mais content d’être capable de montrer que je pouvais de nouveau me battre sur un terrain. En fin de saison, j’ai également commencé parfois à m’entraîner avec Ernest, un autre membre du club du même niveau que Beat.

L’entraînement à la TAD continue de plus belle avec Petar, un coach âgé de 23 ans d’origine serbe et italienne. Ces derniers mois, je sens que ça va décoller… en 2023. La grosse découverte en 2022, c’est comment accélérer la balle. D’abord une toute première fois, waow…, puis en répétant et en systématisant. La première fois qu’on réussit à frapper beaucoup plus vite sans effort, c’est surtout l’étonnement qu’une chose pareille soit possible. Mon style de frappe était plutôt de pousser la balle, certes avec un important mouvement du corps, mais complètement inefficace. Au moment où j’écris, pas encore de performances lors des tournois de la saison d’hiver, mais les adversaires étaient parfois beaucoup trop forts (ex-R4 par exemple). Comme je le disais plus haut, le découragement n’est pas le genre de la maison !

Oui, le tennis coûte une blinde, surtout la TAD qui a même augmenté le prix des cours au cours de l’année. Mais on ne vit qu’une fois, ça me fait du bien et je peux financièrement me le permettre. Ma femme n’a pas d’autre choix que de l’accepter… Ce n’est pas faux d’affirmer que le tennis de compétition peut s’arrêter brutalement suite à une blessure par exemple. À mon âge, ce risque est à prendre en compte.

En cas d’accident au tennis, le piano, le piano-chant, le chant et le forum me permettraient de supporter la situation.

Le forum a été animé, mais on est arrivés au bout de l’année sans perdre plus de membres que sur les doigts d’une main. Je me suis fait traiter de dictateur, de petit despote décidant de tout lui-même en faisant semblant de consulter les membres. Ma femme pense qu’il y a un fond de vérité. Mais la contestation fait partie de la vie politique moderne… Je l’accepte et j’essaie à chaque incident de voir quelle leçon je peux en tirer. Certains membres n’arrivent pas à oublier les vieilles rancœurs. C’est assez usant, mais je sais qu’ils s’useront plus vite que moi…

Le site Web a été complètement refait à l’identique. En septembre 2021, j’avais commis l’erreur d’engager un Indien trouvé sur Upwork pour améliorer le référencement. Il a créé des liens vers le forum depuis des sites d’annuaires professionnels sans aucun rapport avec un forum schizophrénie. Un consultant trouvé sur Superprof m’a conseillé de reconstruire le site pour indirectement éliminer ces backlinks. Les statistiques de fréquentation du blog montraient clairement que Google nous a sanctionnés. Donc il fallait agir.

Ma femme estime que je vis dans la performance, sautant d’un loisir à un autre pendant qu’elle travaille dur comme professeur de français à mi-temps à l’école primaire. Ok, elle n’a pas complètement tort. C’est vrai que je recherche la performance maximale dans mes loisirs. C’est une seconde nature. Quoique maintenant, j’ai compris que pour atteindre la meilleure performance possible, mieux vaut être relâché. C’est donc une saine recherche de la performance comparée aux efforts passés crispés d’autrefois empreints de frustration.

Tout le monde vit dans la performance, non ? Par exemple une femme au foyer prend plaisir à réussir un bon gâteau. Il y a une phase de préparation, un léger stress lié à l’incertitude de ce que ça va donner et la satisfaction du résultat à partager avec d’autres personnes.

À part ça la famille va bien, le chat vieillit bien et mes amis me soutiennent dans mes projets. Les élèves de ma femme sont de plus en plus difficiles. Il suffit d’un ou deux dans une classe pour pourrir l’ambiance. Je la console en lui rappelant que dans son travail de professeur de français au primaire, elle n’est pas exposée au risque de licenciement pour restructuration comme dans les entreprises privées.

Ma femme a fait une belle fête pour ses 60 ans, contente d’avoir surmonté deux fois le cancer dans sa vie.

Ma mère ne décolère pas à mon sujet. Elle estime que mon comportement suite à l’affaire du blog a été impardonnable. Je lui ai envoyé un bouquet de fleurs pour son anniversaire des 89 ans en juillet avec une carte assez neutre où j’ai écrit que j’espérais qu’elle n’était plus aussi fâchée. C’était à la fois pour la féliciter, pour faire une tentative de renouer le contact, mais aussi pour me libérer de son emprise. C’était une façon de dire que je ne la crains plus et que j’en suis détaché. Mon fils lui a rendu visite en novembre. Elle a passé beaucoup de temps à vociférer à mon égard et curieusement à se plaindre de mon neveu-fayot à l’origine du tremblement de terre du blog en 2020. Alors qu’il venait tous les samedis après-midi chez sa grand-mère, c’est pratiquement terminé. Il a semble-t-il de nouveaux copains qui lui ont mis ça dans la tête.

Mon fils a changé de travail en se dirigeant vers une start-up utilisant l’intelligence artificielle pour le contrôle des frais.

Pour ce qui me concerne, le travail devient un lointain souvenir… J’aide régulièrement ma femme pour son travail, mais je me considère maintenant comme un préretraité. Encore 5 ans jusqu’à la retraite officielle. Je pense plusieurs fois chaque jour que j’ai la chance de pouvoir vivre de façon anticipée et en bonne santé cette vie de loisirs sans avoir d’inconvénients liés aux médicaments à faible dose. À mon âge, le bonheur est semble-t-il maximal, voir Devenir heureux en vieillissant

Cette année, j’ai vidé la cave en remplissant 17 sacs poubelle de 35 litres et chargé une fois la voiture pour la déchetterie. Mis à part une trousse de toilette artisanale d’une copine de ma femme jetée dans le feu de l’action, rien à regretter. Mes dossiers de candidatures sont passés à la trappe en quelques minutes. Plus besoin d’envoyer des lettres de candidatures, de se faire du souci pour les certificats de travail (en Suisse, c’est le principe du livret ouvrier, même pour les cadres). Plus de stress de se rendre au bureau en se demandant qui sera le prochain sur la liste des licenciements (mon quotidien chez Colt).

On a aussi passé de bonnes vacances cette année, Vacances à Paris sur mer , Vacances à Casalzuigno et Vacances à Budapest ainsi qu’à Vals.

Mon rétablissement depuis 2014 est à mon avis un petit miracle ou le fruit d’efforts bien ciblés. Question de point de vue.

Pourvu que ça dure encore un peu !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s